THE CARTER CENTER
Waging Peace.
Fighting Disease.
Building Hope.
News &smp; Publications

Second Post-Election Statement on the July 30 Presidential
and Legislative Elections in the Democratic Republic of Congo

31 Aug 2006

FOR IMMEDIATE RELEASE
 
CONTACT:
In Atlanta: Deborah Hakes +1-404-420-5124
In Kinshasa: Colin Stewart +243-81-199-6643
or Sophie Khan +243-81-199-6641


(French version follows English)


Key Points

  • The Carter Center did not find evidence of widespread or systematic manipulation.  The Center concludes that the presidential results announced August 20 are credible; legislative results, on the whole, are also credible, but cannot be validated in detail because of the shortcomings outlined in this statement.
  • There were a number of important procedural flaws that weakened the transparency of the process. The Center believes these must be addressed prior to the second round in order to avoid more serious problems and to ensure acceptance of the results.
  • The tabulation of provisional results for the July 30 presidential election was generally successful, due to the diligence of electoral staff in spite of difficult working conditions.
  • Serious flaws in the collection and chain of custody of electoral materials, especially in Kinshasa but also in other locations around the country, undermined transparency and threatened the credibility of the process.
  • The publication of results by polling station was a crucial measure in strengthening public confidence.
  • The recent violence in Kinshasa between armed troops loyal to candidates Kabila and Bemba was a threat to democracy in the Democratic Republic of Congo (DRC). Serious efforts are needed by both camps, and by international actors, to prevent further acts of violence and to create the conditions for a peaceful second round, respectful of the will of the people.

The Carter Center remains committed to the DRC democratic process and will deploy observers throughout the country for the second round of the presidential elections.
 
Introduction
 
The calm and orderly manner in which voting took place for the presidential and legislative elections of July 30 throughout most of the DRC was a major milestone for the democratic process and the Congolese people were quite rightly proud of this achievement. High voter turnout was another indication of the strong desire on the part of the population to finally choose its own leaders. In the vast majority of cases, polling station staff took their responsibilities very seriously and worked diligently, throughout the night and in difficult conditions, to complete the counting process. The challenges were enormous and the deadlines very tight for these first democratic elections, and everyone involved in making them happen – the Independent Electoral Commission (CEI); the United Nations (MONUC); the international community; and Congolese parties, organizations, and individuals – can share in a genuine sense of accomplishment.
 
The purpose of this statement is to follow-up on our preliminary statement of August 1, provide a brief assessment of the compilation process, and identify issues that deserve urgent attention prior to the second round. As of this writing, the Supreme Court is still reviewing appeals to the provisional presidential results, and the legislative results have not yet been completed. After the completion of the elections, the Carter Center will issue a final report of detailed findings and suggestions to inform planning for future elections.
 
Vote Tabulation
 
On the whole, the tabulation of provisional results was a success. It was a very complex process, confronted by considerable logistical challenges, but the posting of results by polling station has allowed all interested people to confirm that their choice was faithfully transmitted. While certain weaknesses in the training of election staff were apparent, the diligence and sense of responsibility of many individuals ensured that the process was carried through to a successful conclusion. Carter Center observers reported in some areas that the tabulation of votes was managed impeccably. Individual attempts at corruption during tabulation were observed, as they were during polling day, but these were evidently not widespread, and the CEI appears to have dealt with them quickly and appropriately.
 
The most serious problems were the result of logistical and procedural failures. The electoral law sets out a process whereby the voting center officials, under security escort, should carry all their materials, including the tally sheets in sealed envelopes, in an orderly fashion to the local tabulation centers (referred to by their French acronym, CLCR) where these materials would be formally received and accounted for. This chain of custody of electoral materials is an essential guarantee against any tampering with the results between the polling station and the CLCR and constitutes an important measure of transparency, and hence reassurance, to the population.
 
In many places around the country, the collection of results fell into disarray. Voting center chiefs generally did not receive a security escort, and the electoral materials, which lacked proper packaging, were very often not kept intact, nor efficiently collected and accounted for upon arrival at the CLCR. In many CLCR's, envelopes containing the tally sheets were either received unsealed or were opened by the voting center chiefs upon arrival at the CLCR, either to obtain information that was sealed inside or to redistribute the contents between envelopes. In the face of popular anxieties regarding manipulation, such disregard for essential procedures posed a considerable vulnerability for the process. This practice was far too common and, of particular concern, was often a result of instructions by CLCR staff.  It is troubling that even CLCR staff has not understood the importance of respecting the integrity of the election materials. Envelopes should only be opened by CLCR staff themselves, inside the controlled environment of the CLCR, and in the presence of witnesses and observers.
 
Despite these potentially serious problems, the Center has not found any evidence of large-scale or systematic tampering with the results and most of the irregularities appear to stem from innocent attempts to cope with difficulties as they arose. But the breakdown in these procedures, which are designed to exclude the possibility of such tampering, makes it difficult to respond properly to any allegations that manipulation may have occurred.

Difficulties in Kinshasa

In Kinshasa, the orderly collection and chain of custody of results were entirely lacking.  A poorly-conceived collection plan left voting center officials waiting sometimes for days to be picked up with their election materials, and ultimately led to the abandonment, careless handling, and, in some cases, destruction of these materials. The generalized chaos was exacerbated by bulk transport arrangements, that were made without regard for the proper handling of materials, and by district election offices (BL) and CLCR's that were not ready to receive the materials efficiently. The decision to use BLs as collection points, in the complete absence of facilities or even personnel to handle the materials, turned these BL into simple dumping grounds for materials and was a primary element in the breakdown in the collection system.
 
Most troubling was the willful destruction of electoral materials by CEI officials in at least two Kinshasa BL's, a violation for which there are specific penalties in the election law.  The Carter Center collected evidence of a large fire involving burned ballots and other election materials at the N'Jili BL and presented it to the president of the CEI, who, to his credit, responded quickly and appropriately, immediately announcing measures to address the situation. The Center continues to await the final outcome of the investigation into this incident, but the prompt action on the part of the CEI helped to defuse the issue in public and to limit the damage done to the credibility of the CEI.  Nonetheless, the incident added to the list of questions and concerns regarding the integrity of election materials.


Transparency Means Credibility

Part of the response to the results collection crisis in Kinshasa was a public commitment by the CEI to publish results for every polling station across the country. This data was presented very effectively on the CEI's Web site, and posted at CLCR's around the country. While it did not completely resolve questions about the rupture of the chain of custody, it offered a good remedial measure through which the public, political parties, and observers could assure themselves that what they had themselves witnessed at the polling stations was faithfully conveyed in the final results. Without this crucial step, it would have been impossible to defend the process against claims of manipulation, whether founded or not, or to attest to the credibility of the Kinshasa results. One immediate problem that remains is that the mishandling, misplacement, and loss of ballot papers will make judicial verification impossible for many polling stations, should the supreme court wish to consult any of the original ballot papers.
 
But, perhaps even more seriously, the problems encountered during tabulation only added a new layer to the considerable pre-existing obstacles to transparency that were a result of missed deadlines and neglected procedures by the CEI:

  • Unclear and last-minute changes to the number and location of polling stations and to the official voter lists made it impossible for political parties and observers to verify with confidence that all polling stations were in fact open to scrutiny, or to disprove allegations of fictitious stations.
  • Unclear and last-minute decisions regarding the location of lists of omitted voters ("listes des omis") were impossible to verify, and were unevenly communicated and applied, a situation that potentially undermined the integrity of important safeguards on voter eligibility. The extent of this problem is also difficult to verify, but it cannot be excluded that this presented an opportunity for manipulation.
  • Last-minute changes to the criteria for voting by "derogation" made implementation and monitoring difficult and inconsistent, and may have opened loopholes for potential ineligible voters.
  • Ineffective communication of procedural decisions made after the beginning of training (despite CEI assurances that such communication was still feasible) resulted in important decisions being applied unequally or not at all (raising the possibility of manipulation, as neither staff nor observers could be sure of correct procedures).
  • Despite the well-known controversy regarding the number of extra ballots printed, important polling station procedures to inventory and account for all ballot papers were not implemented (and ultimately made moot by severe problems with material collection), suggesting a serious weakness in either the procedure or the training.

Without the ability to verify, observers and party agents lose their principal value in an electoral process – the capacity to provide reassurances to the public and candidates that the process was credible and devoid of manipulation. The fact that many of these problems can be related to the tremendous challenges in administering these elections does not excuse treating them as a lesser priority. The Center cannot infer from such procedural weaknesses that there has been manipulation, but neither can we prove that there has not. Only because the presidential results are so clear-cut is the DRC spared a potentially heated contestation of the results. Such controversy may be more difficult to avoid or resolve in the case of close legislative races and these safeguards must be strengthened in advance of what is expected to be a tightly contested second round presidential election.
 
The majority of CLCR presidents were cooperative in allowing party witnesses and observers to do their work properly. However there were several who failed to understand the crucial role of such monitoring in validating the credibility of their own functions. Observers and witnesses must of course respect the staff of the CLCR's and not act in a manner that might disrupt the compilation operation, but this should not be used as a pretext to prevent observers from effectively performing their work.

Towards a Climate of Respect

The Global and Inclusive Accord, the December 2005 constitutional referendum, and the July 30 elections, represent important strides for the democratic process in the DRC. The violence in Kinshasa that broke out on August 20 between factions of the Congolese armed forces loyal to President Joseph Kabila and Vice-President Jean Pierre Bemba reminds us, however, that the electoral process can still be threatened by those who have not committed themselves to respecting the will of the people and refraining from the resort to violence.
 
The seeds of this violence, resulting in several dozen deaths, lie both in the incomplete integration of combatant groups into a professional national armed force and in the continuing lack of commitment on the part of all political actors to respect the democratic electoral process as the source of political legitimacy. The violent and divisive rhetoric of the campaign period was a visible reminder of these underlying problems, and it contributed to heightening tensions. Unless urgent steps are taken at the highest political levels, both nationally and internationally, to constrain the actions of armed factions, and to strengthen the conditions for a peaceful and constructive campaign, held in a climate of respect, then there is reason to fear that the run-off election may once again spark serious violence. The Carter Center acknowledges the important efforts of both MONUC and the International Committee Accompanying the Transition (CIAT) in this direction, and strongly urges the newly formed Joint Commission ("Commission Mixte") to successfully fulfill its mandate.
 
As the two leading presidential candidates who will face each other in the run-off, both Kabila and Bemba must respect the clear verdict of the people on October 29, from which there will be no turning back, and support the democratic process to its completion.

Overall Assessment and Recommendations

No elections are perfect and the DRC's July 30 elections clearly represent a significant achievement. The important shortcomings observed by the Center make it more difficult for the CEI, observers, and party witnesses to prove that the election process was without significant flaw. As a result, the electoral process remains vulnerable to allegations of manipulation and leaves many questions that cannot be answered.
 
However, The Carter Center did not see evidence of systematic or widespread attempts to manipulate the results. The results of the presidential election are sufficiently clear-cut that the overall outcome could not realistically be affected by any of the shortcomings we have cited. While the Center also has general confidence that the published legislative results faithfully reflect the will of Congolese voters, the procedural weaknesses mentioned in this statement make it difficult to confirm specific results, especially in constituencies with close races.
 
In preparation for the coming elections, The Carter Center believes that several important remedies must be implemented (some of which, we are aware, are already underway):

  • Duplicate voters should be removed from the voters' lists, not merely placed on separate lists.
  • Special and omitted voters' lists should be eliminated based on the data gathered during the first round.
  • Final official lists of voters and polling stations should be made public well in advance of election day.
  • Clear decisions should be made about those limited categories of people who can vote by derogation and no exceptions should be made.
  • A written inventory of ballots papers received should be a mandatory part of opening procedures in the polling stations.
  • Procedures for determining a spoiled ballot should be standardized (taking into account the advice of the supreme court that if the voter's intent is clear the ballot should be counted).
  • Tally sheets should be simplified as much as possible.
  • Appropriate weatherproof protective packaging for electoral materials should be provided to all voting centers, allowing for clear marking on the outside of each package, and for the separation of the results envelopes from the rest of the electoral materials.
  • A realistic plan for collection of results, particularly for Kinshasa, should be designed, with provisions for voting officials to accompany and retain custody of their material.
  • Sealed results must not be opened by anyone other than compilation center staff, in the presence of party witnesses and observers.
  • In the spirit of transparency, election officials should be encouraged to explain each step of the process out loud and make sure witnesses and observers are fully able to watch and understand every step.
  • In order to be applied effectively, decisions regarding these or other new or changed election procedures must be made far enough in advance to be integrated into training of election officials.
  • Procedures for the payment and other working conditions of election workers must be practical, effective, and communicated clearly and consistently to all workers ahead of time.


 ####


 
The Carter Center was founded in 1982 by former U.S. President Jimmy Carter and his wife, Rosalynn, in partnership with Emory University, to advance peace and health worldwide. A not-for-profit, nongovernmental organization, the Center has helped to improve life for people in more than 65 countries by resolving conflicts; advancing democracy, human rights, and economic opportunity; preventing diseases; improving mental health care; and teaching farmers to increase crop production. To learn more about The Carter Center, please visit www.cartercenter.org
 
_______________________________________________________________________


Deuxième Déclaration Post-élections Concernant les Elections Présidentielles et Legislatives du 30 Juillet 2006 en République Démocratique du Congo

31 Aug 2006
 
FOR IMMEDIATE RELEASE

CONTACT:
In Atlanta: Deborah Hakes +1-404-420-5124
In Kinshasa: Colin Stewart +243-81-199-6643
or Sophie Khan +243-81-199-6641



Points clé

  • La Fondation Carter n'a pas trouvé de preuve de manipulations étendues ou systématiques.  Il conclut que les résultats des présidentielles annoncés le 20 août sont crédibles.  Les résultats des législatives, dans l'ensemble, sont également crédibles, mais ne peuvent être validés en détail en raison des lacunes décrites dans la présente déclaration.
  • Un nombre d'importantes faiblesses procédurales a affaibli la transparence du processus.  La Fondation Carter est d'avis que ces faiblesses doivent être traitées avant le second tour afin d'éviter l'émergence de problèmes plus sérieux et d'assurer l'acceptation des résultats. 
  • La compilation des résultats provisoires des élections présidentielles était en général réussie, grâce essentiellement à la diligence du personnel électoral, malgré les conditions de travail difficiles.  
  • De graves faiblesses au niveau de la collecte et de la chaîne de prise en charge du matériel électoral, particulièrement à Kinshasa mais aussi dans d'autres endroits à travers le pays, ont miné la transparence et rendu vulnérable la crédibilité du processus.
  • La publication des résultats par bureau de vote s'est avérée être une mesure cruciale pour renforcer la confiance du public. 
  • Les violences récentes à Kinshasa entre des troupes armées loyales  aux candidats Kabila et Bemba ont constitué une menace pour la démocratie en RDC.  Des efforts sérieux sont requis de la part des deux camps et des acteurs internationaux pour éviter d'autres actes de violence et créer les conditions d'une deuxième tour apaisé, dans le respect de la volonté du peuple. 

La Fondation Carter reste engagé en faveur du processus démocratique en RDC et déploiera des observateurs à travers le pays pour le second tour des élections présidentielles. 

Introduction

Le calme et l'ordre ayant présidé au déroulement du scrutin présidentiel et législatif du 30 juillet à travers la plus grande partie de la République démocratique du Congo ont marqué une étape clé dans le processus démocratique au Congo, et le people Congolais peut à juste titre être fier de ce succès.  Le taux de participation des électeurs était excellent, et constitue une indication supplémentaire de l'ardent désir de la population de choisir enfin ses propres dirigeants.  Dans la grande majorité des cas, le personnel des bureaux de vote a pris ses responsabilités très au sérieux et travaillé diligemment, tout au long de la nuit et dans des conditions difficiles, pour terminer le processus de comptage.  Les défis étaient énormes,  les calendriers très serrés pour ces premières élections démocratiques, et tout le monde qui s'est investi pour les réaliser – la Commission Electorale Indépendante (CEI), les Nations Unies (MONUC), la communauté internationale et de nombreux partis, institutions, organisations et particuliers congolais – peuvent partager un sentiment de véritable accomplissement. 

Le but de la présente déclaration est de donner suite à notre déclaration préliminaire du 1er août, fournir une brève évaluation du processus de compilation, et identifier les problèmes qui méritent une attention prioritaire avant le deuxième tour.  Après la fin des élections, la Fondation Carter publiera un rapport final contenant nos constats et suggestions détaillés afin d'informer la planification d'élections futures. 

Le processus de compilation

Dans l'ensemble, la compilation des résultats provisoires fut un succès.  Il s'agissait d'un processus très complexe, confronté à des défis logistiques considérables, mais l'affichage des résultats pour chaque Bureau de Vote a permis à toutes les personnes intéressées de confirmer que leur choix était fidèlement transmis.     Malgré certaines faiblesses apparentes au niveau de la formation du personnel, la diligence et le sens de responsabilité d'un grand nombre de personnes a permis de mener le processus vers une conclusion réussie. Les observateurs de la Fondation Carter ont constaté dans certains endroits que la gestion de la compilation des résultats se faisait de manière impeccable.  Des tentatives individuelles de corruption furent observées au cours de la compilation, tout comme le jour du scrutin, mais elles n'étaient clairement pas étendues, et la CEI semble s'en être occupée de manière rapide et appropriée. 

Les problèmes les plus sérieux étaient le résultat de défaillances logistiques et procédurales.  La loi électorale préconise un processus dans lequel les présidents des centres de vote, sous escorte sécuritaire, doivent amener tout leur matériel, y compris les fiches de compilation, dans des enveloppes scellées et de manière ordonnée aux centres locaux de compilation (CLRC)  où ce matériel devait être formellement réceptionné et enregistré.  Cette chaîne de prise en charge de matériel électoral constitue une garantie essentielle contre toute tricherie au niveau des résultats entre les BV et les CLRC et une mesure importante de transparence, et donc de réassurance, pour la population. 

Dans beaucoup de lieux à travers le pays, la collecte des résultats s'est accompli dans le désordre.  Les présidents des CV ne bénéficiaient souvent pas d'escortes de sécurité et le matériel électoral, manquant d'emballage convenable,  n'était souvent pas maintenu intacte, ni ramassé et enregistré correctement dès l'arrivée aux CLRC.  Dans de nombreux CLRC des plis électoraux contenant les procès verbaux étaient reçues non scellées, ou ouvertes par les président de CV à leur arrivée au CLRC, soit pour accéder à des informations qu'elles contenaient, soit pour redistribuer le contenu entre plusieurs enveloppes.  Face aux angoisses populaires par rapport à d'éventuelles manipulations, cette absence de suivi des procédures essentielles a rendu le processus vulnérable.  Cette pratique était bien trop habituelle et souvent la conséquence d'instructions de la part du personnel des CLRC, ce qui constitue une préoccupation particulière.  Il est préoccupant de constater que même le personnel des CLRC n'a pas compris l'importance du respect de l'intégrité du matériel électoral.  Les enveloppes scellés doivent être ouvertes par le personnel du CLRC lui-même, à l'intérieur de l'environnement contrôlé du CLRC, et en présence de témoins et observateurs. 

Malgré ces problèmes potentiellement sérieux, la Fondation Carter n'a pas trouvé de preuve de tricheries systématiques ou à grande échelle au niveau des résultats, et la plupart des irrégularités semblent basées sur des tentatives innocentes de faire face aux difficultés qui se présentaient.  Mais la défaillance de ces procédures, qui visent à exclure la possibilité de triche, rend difficile toute réponse à des allégations de manipulation qui pourraient être avancés. 

Les difficultés de Kinshasa

A Kinshasa, il y eut un manque sérieux de ramassage ordonné et de chaîne de prise en charge. Un plan de ramassage mal conçu a laissé les présidents des centres de vote  en attente de ramassage parfois pendant plusieurs jours, menant finalement à l'abandon, au traitement insouciant, au chaos généralisé et, dans certains cas, à la destruction de matériel électoral.   Le chaos généralisé fut exacerbé par les arrangements de transport qui ne tenaient compte ni de la chaîne de prise en charge (c'est-à-dire la nécessité pour les CCV d'accompagner leur matériel au CLRC), ni du traitement approprié du matériel, ainsi que par les BV et CLRC qui n'étaient pas prêts à recevoir le matériel de manière efficace.  La décision d'utiliser les BL comme points de collecte, en l'absence totale de facilités ou même de personnel pour traiter ce matériel, a tourné les BL en simples lieux de déversement de matériel, et constitue un facteur important responsable de l'effondrement du  système de ramassage. 

Un des problèmes les plus préoccupants était la destruction volontaire de matériel électoral par le personnel de la CEI à au moins deux BL à Kinshasa, une violation entraînant des pénalités spécifiques dans le cadre de la loi électorale.  La Fondation Carter a présenté au Président de la CEI les preuves d'un incendie majeur impliquant des bulletins de vote et autres matériels brûlés au BL de N'Jili.  Le Président de la CEI a répondu de manière rapide et appropriée, annonçant immédiatement des mesures pour résoudre cette situation.  La Fondation Carter attend le résultat final de l'enquête sur cet indicent, mais l'action rapide de la part de la CEI a, selon nous, grandement aidé à minimiser le problème et limiter les dégâts au niveau de la crédibilité de la CEI.  Néanmoins, l'incident s'ajoute à la liste de questions qui se sont posées autour de l'intégrité du matériel électoral.    

Transparence signifie crédibilité


Une partie de la réponse à la crise de ramassage à Kinshasa était l'engagement de la CEI de publier les résultats de chaque bureau de vote à  travers le pays.  Ceci fut fait, et les données ont été présentées de manière très efficace sur le site Internet de la CEI, et affichées dans tous les CLRC du pays.  Bien que ces actions n'aient  pas pu totalement résoudre les problèmes concernant la rupture de la chaîne de prise en charge, elles offraient de bonnes remèdes à travers lesquels le public, les partis politiques et les observateurs pouvaient s'assurer que ce qu'ils ont vu aux BV était loyalement transmis jusqu'aux résultats finals.  Sans cette mesure cruciale, il eut été impossible de défendre le processus contre des accusations de manipulation, fondées ou non, ou de certifier la crédibilité des résultats de Kinshasa.  Un problème immédiat qui continue à se poser est le mauvais traitement, l'égarement et la perte de bulletins de vote, qui rendra la vérification juridique impossible pour beaucoup de bureaux de vote au cas où la Cour Suprême souhaiterait consulter des bulletins originaux. 

Mais,  peut être encore plus sérieux, les problèmes rencontrés au cours de la compilation n'ont fait qu'ajouté une couche supplémentaire aux obstacles considérables à la transparence qui existaient au préalable,  résultant d'échéances non respectées et de procédures négligées par la CEI :

  • Des  changements peu clairs et de dernière minute au niveau du nombre et de l'emplacement des bureaux de vote et de la liste officielle des électeurs ont empêché les partis politiques et observateurs de vérifier si tous les BV étaient effectivement ouverts à observation, ou de déconsidérer les allégations concernant des BV fictifs;
  • Des décisions peu claires et de dernière minute concernant l'emplacement des « listes des omis » ne pouvaient pas être vérifiées et furent communiquées et appliquées de manière inégale, une situation qui pouvait potentiellement miner l'intégrité des garde-fous au niveau de l'éligibilité des votants.  L'étendue de ce problème reste également difficile à vérifier, mais l'on ne peut pas exclure que ceci présentait une opportunité de manipulation;   
  • Des changements de dernière minute concernant les critères de vote par "dérogation" ont compliqué la mise en oeuvre et l'observation, et peut-être ouvert des possibilités à des électeurs non éligibles;
  • La communication infructueux de décisions procédurales prises après le début de la formation (malgré les assurances de la part de la CEI que cette communication restait faisable) a crée une situation où des décisions importantes ne furent pas appliquées, ou appliquées de manière inégale (ce qui soulève des possibilités de manipulation, car ni le personnel ni les observateurs ne peuvent avoir de certitude quant à la procédure correcte);
  • Malgré la controverse bien connue concernant le nombre de bulletins supplémentaires imprimés, les procédures importantes d'inventaire et de comptage de tous les bulletins au niveau des BV ne furent pas mises en œuvre (finalement rendues redondantes par les sérieux problèmes de ramassage de matériel), suggérant une faiblesse sérieuse soit au niveau de la procédure ou de la formation. 

Sans la capacité de vérifier, les observateurs et agents de partis perdent leur principale valeur dans le processus électoral – la capacité de rassurer le public et les candidats que le processus était crédible et se déroulait sans manipulations.  Le fait que certains de ces problèmes puissent être liés aux énormes défis qui se présentaient à l'administration de ces élections n'excuse pas le fait de les traiter comme une priorité mineure.  La Fondation Carter ne peut conclure de ces faiblesses procédurales qu'il y a eu manipulation, mais nous ne pouvons pas non plus prouver qu'il n'y en a pas eu.  Ces procédures sont des outils essentiels pour démontrer l'intégrité et la crédibilité du processus et donc le défendre contre des allégations non fondées de manipulation.  C'est seulement parce que les résultats présidentiels sont tellement clairs que nous avons évité une contestation majeure des résultats.  De telles controverses pourraient être plus difficiles à éviter, ou à résoudre, dans le cas de résultats proches entre deux candidats au niveau des législatives.  Ces faiblesses doivent être corrigées avant le second tour des présidentielles qui risque d'être très contesté.  .  

La plupart des présidents de CLRC se montraient coopératifs pour permettre aux témoins des parties et observateurs de faire leur travail correctement.  Toutefois, certains n'ont pas compris le rôle crucial de ce suivi en validant la crédibilité de leurs propres fonctions.  Les observateurs et témoins doivent évidemment respecter le personnel des CLRC et ne pas se comporter de manière pouvant perturber l'opération de compilation, mais cela ne doit pas servir de prétexte pour empêcher les observateurs d'exercer leurs fonctions de manière effective.  

Vers un climat de respect

L'Accord Global et Inclusif, le référendum constitutionnel de décembre 2005, et maintenant l'élection du 30 juillet, constituent de grands pas en avant pour le processus démocratique en RDC.  La violence qui s'est produite à Kinshasa le 20 août entre des  factions des forces armées congolaises loyales au président Joseph Ka bila et au vice-président Jean Pierre Bemba nous rappelle, toutefois, que le processus électoral peut toujours être menacé par ceux qui ne sont pas engagés à respecter la volonté du peuple et s'abstenir d'avoir recours à la violence. 

Les racines de cette violence qui a fait plusieurs douzaine de morts se trouvent à la fois dans l'intégration incomplète des groupes combattants au sein d'une force armée nationale professionnelle, et dans l'absence continue d'engagement de la part de tous les acteurs politiques de respecter le processus démocratique électoral comme la seule source de légitimité politique.  La rhétorique de violence et de division au niveau de la campagne électorale était un rappel visible de ces problèmes sous jacents, et contribuait en elle-même à l'accroissement des tensions.  A moins que des mesures urgents soient prises aux plus hauts niveaux politiques, à la fois national et international, pour contraindre l'action des forces armées et renforcer les conditions d'une campagne apaisée et constructive, se déroulant dans un climat de respect, il y a des raisons de craindre que le second tour puisse une fois de plus mener à des violences graves.  La Fondation Carter reconnaît les efforts importants à la fois de la MONUC et de la CIAT dans cette direction, et exhorte la Commission Mixte nouvellement créée à remplir son mandat de manière diligente.

Les deux candidats ayant émergé du premier tour, messieurs Bemba et Kabila, doivent respecter le verdict clair du peuple le 29 Octobre, sur lequel il n'y aura pas lieu de revenir, et appuyer le processus démocratique jusqu'à sa conclusion.


Evaluation générale et recommandations

Aucune élection n'est parfaite, et il est claire que les élections du 30 juillet en RDC représentent une réalisation majeure. Les lacunes importantes au niveau des procédures observées par la Fondation Carter rendent plus difficile la tâche pour la CEI, les observateurs et les témoins des partis de prouver de manière définitive que toute tentative de tricherie aurait été découvert.  Par conséquent, le processus électoral reste assez vulnérable aux allégations de manipulation et laisse de nombreuses questions sans réponse.    

Toutefois, la Fondation Carter n'a pas vu de tentatives de manipulation de résultats systématiques ou à grande échelle.  Les résultats du scrutin présidentiel sont suffisamment clairs pour que le résultat général ne pourrait pas de manière réaliste être affecté par les faiblesses que nous avons citées. Bien que le Centre soit de façon général également convaincu que les résultats publiés des élections législatives reflète loyalement la volonté des électeurs congolais, les faiblesses procédurales mentionnées dans cette déclaration nous empêchent de confirmer avec grande confiance des résultats spécifiques, surtout dans les circonscriptions où les résultats sont rapprochés. 

En prévision du second tour, la Fondation Carter est convaincu que plusieurs remèdes importants doivent être mis en œuvre (toute en reconnaissant que certains de ces remèdes sont déjà en cours):

  • les électeurs en double devraient être rayés des listes d'électeurs, et les listes de radiés éliminées ;
  • les listes  « spéciales » et « d'omis » devraient être éliminées sur la base des données collectées au cours du premier tour ;
  • les listes finales et définitives d'électeurs et bureaux de vote devraient être publiées nettement en avance du jour du scrutin;  
  • des décisions claires devraient être prises concernant les catégories limitées de personnes autorisées à voter par dérogation, et aucune exception ne devrait être faite;
  • un inventaire écrit de bulletins de vote reçus devrait faire partie des procédures obligatoires d'ouverture des bureaux de vote
  • les critères pour déterminer un bulletin nul devraient être standardisées (tenant compte du conseil de la Cour Suprême que si l'intention de l'électeur est claire, le bulletin devrait être compté).
  • les fiches de compilation devraient être simplifiées le plus possible ;
  • un emballage protecteur approprié devrait être fourni à tous les BV, permettant des marquages clairs sur chaque emballage, et la séparation entre les plis et l'autre matériel électoral. 
  • un plan de ramassage réaliste devrait être établi, en particulier pour Kinshasa, prévoyant que les CCV doivent accompagner et rester en charge de leur matériel ;
  • des résultats scellés doivent être ouverts par personne d'autre que le personnel du centre de compilation, en présence des témoins des partis et observateurs ;
  • dans l'esprit de transparence, il faudrait encourager les agents électoraux à expliquer chaque pas de la procédure à haute voix et s'assurer que les témoins et observateurs sont à même de voir et comprendre chaque pas ;
  • afin d'être bien appliquées, les décisions concernant ces procédures ou d'autres procédures électorales nouvelles ou changées doivent être prises suffisamment en avance pour pouvoir être intégrées dans la formation des agents électoraux
  • les procédures concernant le paiement et autres conditions de travail des agents électoraux doivent être pratiques, efficaces, et communiquées de manière claire et uniforme à tous les agents à l'avance.   

####


 
La Fondation est une organisation non gouvernementale qui a été fondée par l'ancien président des États-Unis, Jimmy Carter, et sa femme, Rosalynn. Créée en partenariat avec l'Université Emory à Atlanta en 1982, la Fondation oeuvre pour promouvoir la démocratie; combattre les maladies, la faim et la pauvreté ; protéger et promouvoir les droits de l'homme; et résoudre les conflits à travers le monde. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter le www.cartercenter.org.


 



 

Sign Up for Email Updates

Thanks for Signing Up!

Please leave this field empty

Thanks for Staying Updated!

Now, we invite you to Get Involved