Press Releases

<P><SPAN class=colCHeading>Press Releases</SPAN></P>

Dec. 14, 2011
CONTACT:  In Abidjan, Sabina Vigani +225 08 23 55 23; In Atlanta, Deborah Hakes +1 404 420 5124

 

The Carter Center Notes Peaceful Elections in a Fragile Political and Social Context

Carter Center Election Observation Mission Preliminary Statement Côte d'Ivoire,
Legislative Election, December/2011

(En Français)

 

This statement is preliminary; a final report will be published after the end of the electoral period.

Read full report (PDF) >

Executive Summary
Côte d'Ivoire's 2011 legislative elections represent an essential step in re-establishing the constitutional order in Cote d'Ivoire and achieving a key goal of the peace process laid out by the Political Accord of Ouagadougou. The Carter Center highlights the generally peaceful voting environment and the absence of major security incidents during the polls, which took place in the fragile political and social context of the post-electoral crisis of 2010-2011.

The question of participation in the electoral process was a central issue in negotiations between the opposition and the government. The government's efforts to fulfill the opposition's demands were unevenly appreciated. Certain political parties decided to take part in the elections, while others, most notably the Front Populaire Ivorian (FPI), chose not to participate.

In this context, the Center welcomes not only the respectful attitude of the Ivorian people, but also political leaders during the polls, independent of their respective views and despite the rise in tensions observed on a local level in certain constituencies in the lead-up to the elections. While the voter turnout – which is not yet official – seemed relatively weak, it is likely because of several factors and interpretations in that regard should be nuanced.

The Carter Center encourages the government to pursue dialogue in a spirit of national reconciliation. The Center notes that important electoral reforms should be considered before a new electoral cycle begins. The Center calls on Ivorian actors to seize the opportunity presented by the municipal elections to pursue reconciliation. Authorities should prioritize the continuation of the identification process of the population and address the shortcomings of the voter registry.

The Carter Center continues its observation of the tabulation of results and calls upon the national institutions and authorities to maintain strict neutrality in the exercise of their duties.

The principal preliminary conclusions of the Center's assessment of the electoral process are the following:

  • An open process. The Carter Center notes the openness of the nominations process and respect of the right to be elected, giving all eligible candidates and parties an opportunity to participate in the process. At the same time, it is the personal choice of individual actors whether to exercise their right to participate in the polls. The Center notes that the Dec. 11 elections are the third consecutive legislative elections characterized by the non-participation of one of the major political parties. This trend leads one to question the reasons why the political process is dysfunctional.
  • A significant drop in turnout. The Carter Center notes that the legislative elections did not generate the same enthusiasm as the presidential elections. The reasons for this phenomenon are nuanced and should be attributed to multiple factors. The voter's choice to abstain from voting is a decision that could be motivated by numerous considerations, notably the disinterest often noted in legislative elections, in which the electoral dynamics appear to be less well understood, insufficient voter outreach, voter cynicism following the crisis after the presidential elections, the candidate nominations process within political parties, lower level of voter outreach, and a uneventful electoral campaign. FPI's abstention is an important element, however this alone is not the sole reason for lower voter turnout.
  • An ad hoc legal framework. The legal framework that governs the legislative elections is based on a series of laws, political agreements and decisions that responded to focused specific considerations. The legal provisions related to the legislative polls contain important gaps, gray areas, and contradictions. The Carter Center strongly recommends comprehensive reform of the electoral law on the basis of lessons learned during the 2010 and 2011 electoral cycles, with particular emphasis on the constituency delimitations which should reflect the principle of equality of suffrage.
  • The impartiality of the election administration. In spite of debates surrounding the composition of the IEC, the electoral authorities appeared to manage the elections in an impartial manner. The IEC was not always able to enforce legal provisions under its authority, but its actions were not discriminatory. The authority and structures of the electoral administration should be strengthened at the same time that reforms of the legal framework are considered. Without a doubt, the commission would benefit from increased professionalism and restructuring.
  • Gaps in the voter registry. The technical and financial constraints, as well as a tight electoral timeline, did not allow for an update of the voter registry. Hundreds of thousands of potential voters were left off the registry prior to the presidential elections for a variety of reasons, mainly because of the conditions on which the registry was created. The Carter Center urges the Ivorian authorities to identify the most appropriate mechanisms to ensure that in the future, elections are conducted on the basis of an inclusive, reliable, and up-to-date voter registry.
  • A generally peaceful electoral campaign. Candidates were generally free to campaign in an open and secure environment. The incidents reported did not affect this assessment. The Center deplores the laxity of the electoral authorities regarding the violations of the electoral code, particularly political activities before the official start of the campaign period, which favors candidates with significant financial resources, as well as the use of state resources by candidates holding government office. Electoral authorities also allowed unabated the widespread practice of distributing cash or gifts during the campaign, although prohibited under the penal code.
  • Absence of regulation on campaign financing. There are no campaign finance regulations governing the source, expenditures, or regulation of campaign funds. The absence of regulations favored candidates with large financial resources and stifled a transparent competition. The imbalance in financial resources was particularly visible between political party and independent candidates, and was not offset by public support. The Carter Center underscores the need to develop and implement campaign finance regulations in order to create a more level playing field.
  • A low participation of women in the electoral competition. The limited number of female candidates running for the National Assembly illustrates the necessity to implement structural measures to help ensure the increased representation of women in public affairs. Although it is difficult to introduce effective measures to encourage gender balance within the constraints of a majoritarian system, incentives for political parties to integrate women in leadership positions, including as candidates, should be seriously considered.
  • Underestimated need for voter education. The Carter Center regrets that this essential aspect of the electoral administration continues to be neglected. The IEC's information and messages were disseminated mainly through TV and radio, which are not necessarily accessible to a large majority of the population. While welcoming initiatives by civil society, The Carter Center underscores that these initiatives alone do not respond to existing needs. The State and electoral authorities have the primary responsibility for voter and civic education, and should ensure that long-term strategies are put in place to attain these goals.
  • Party agents and observer participation. The Carter Center commends the significant presence of candidate representatives, including for independent candidates, in the polling stations during the polls and tabulation of results. Despite delays in the delivery of accreditation badges by the IEC, domestic observer also deployed across the national territory to observe the conduct of the elections.
  • Absence of coherent media regulations. The electoral code does not regulate candidate access to the public media during the legislative elections campaign. The Carter Center notes that the High Authority of Audio Visual Communication, which is founded on the principle of equal access, took the initiative – although late in the process – to remind the media of the need to ensure equality between candidates in constituencies where the media covered campaign activities.

Background: The Carter Center received a letter of invitation from the IEC to observe the legislative elections. The Center deployed 18 medium-term observers three weeks before the polls and 12 short-term observers the week preceding the elections. The observers, deployed across the country, visited more than 140 polling stations. The diverse mission, composed of 19 nationalities, was led by Ms. Sarah Johnson, assistant director of the Democracy Program of The Carter Center. The Carter Center will stay in Cote d'Ivoire to observe the final phases of the tabulation process, the resolution of electoral disputes, and announcement of final results.

The Carter Center has been present in Côte d'Ivoire since 2008. The Center monitored the identification and voter registration process, the verification of the provisional voter list, and the 2010 presidential elections. The Carter Center mission in Côte d'Ivoire is supported by an office in Abidjan, lead by Sabina Vigani.

The Center assesses Côte d'Ivoire's electoral process against the constitution and the electoral law, commitments made in the Ouagadougou Peace Accords, other agreements, and regional and international commitments. The Center conducts its election observation activities in accordance with the Declaration of Principles for International Election Observation, which was adopted at the United Nations in 2005 and has been endorsed by 37 election observation groups. Carter Center public statements on the electoral process are available on its website: www.cartercenter.org.

 

###

 

"Waging Peace. Fighting Disease. Building Hope." A not-for-profit, nongovernmental organization, The Carter Center has helped to improve life for people in more than 70 countries by resolving conflicts; advancing democracy, human rights, and economic opportunity; preventing diseases; improving mental health care; and teaching farmers in developing nations to increase crop production. The Carter Center was founded in 1982 by former U.S. President Jimmy Carter and his wife, Rosalynn, in partnership with Emory University, to advance peace and health worldwide. Please visit www.cartercenter.org to learn more about The Carter Center.

 


POUR DIFFUSION IMMEDIATE
14 décembre 2011

Contacts:  Sabina Vigani, +225.08.23.55.23  sabina.vigani@cotedivoire.cceom.org
Deborah Hakes +1 404 420.5124  dhakes@emory.edu

 

DECLARATION PRELIMINAIRE DU CENTRE CARTER

ELECTIONS LEGISLATIVES EN COTE D'IVOIRE

Le Centre Carter constate des élections apaisées
dans un contexte politique et sociale fragilisé

 

Cette déclaration est préliminaire. Un rapport final sera publié quelques mois après la fin du processus électoral.

Lire la déclaration complète (PDF) >

Les élections législatives du 11 décembre 2011 sont une étape important pour le rétablissement de la normalité institutionnelle en Côte d'Ivoire. Elles marquent aussi l'achèvement du processus de sortie de crise de l'Accord politique de Ouagadougou. Le Centre Carter tient à souligner le caractère généralement apaisé du vote et l'absence d'incidents sécuritaires majeurs lors du scrutin, qui s'est pourtant tenu dans un contexte fragilisé par les conséquences politiques et sociales de la crise post-électorale de 2010-2011.

La participation de l'opposition aux élections a fait l'objet de négociations entre celle-ci et le gouvernement. Le résultat des négociations a été diversement apprécié. Des formations politiques et personnalités ont décidé de prendre part aux élections, tandis que d'autres, notamment le Front Populaire Ivoirien (FPI), ont refusé.

Le Centre tient à saluer la population ivoirienne, tout comme les acteurs politiques, pour la retenue observée lors du scrutin, indépendamment de leurs points de vue respectifs et ce malgré les tensions observées au plan local, dans certaines circonscriptions, à l'approche du scrutin. Le taux de participation, qui n'a pas encore été communiqué mais sera vraisemblablement peu élevé, est attribuable à de multiples facteurs et ne doit pas faire l'objet d'interprétations abusives.

Le Centre Carter encourage toutes les parties ivoiriennes à poursuivre le dialogue et à s'inscrire dans une dynamique de réconciliation nationale. Le Centre estime que d'importantes réformes électorales devraient être envisagées dans un futur proche, bien que s'ouvre un nouveau cycle électoral national. Le Centre appelle aussi les acteurs ivoiriens à se saisir de l'opportunité des futures élections locales pour entretenir la réconciliation. Enfin, il rappelle que la reprise du processus d'identification des populations devra également figurer parmi les priorités ainsi que l'examen des moyens propres à répondre aux lacunes de la liste électorale.

Le Centre Carter poursuit son observation du recensement des résultats et appelle les institutions et les autorités nationales à maintenir une stricte neutralité dans l'exercice de leurs prérogatives.

Les principales conclusions préliminaires de la mission d'observation du Centre Carter sont les suivantes:

  • Le caractère ouvert du processus. Le Centre Carter relève le caractère ouvert de l'accès à la candidature. Le choix de participer à une élection relève uniquement du choix des acteurs concernés. Le Centre constate néanmoins que les élections de ce dimanche 11 décembre sont les troisièmes élections législatives consécutives caractérisées par la non participation d'un ou plusieurs politiques. Ceci devrait conduire les acteurs à se pencher sereinement sur les raisons profondes qui conduisent à ce type de choix.
  • Un recul important de la participation. Les élections législatives n'ont pas suscité le même engouement que les élections présidentielles. Du point de vue du Centre Carter, les facteurs explicatifs sont multiples et il n'y a pas lieu de se livrer à des raccourcis. Le choix d'un électeur de ne pas se présenter aux urnes peut être motivé par de nombreuses considérations : le manque d'intérêt pour les élections législatives, jugées moins déterminantes, le désenchantement consécutif à la crise qui a suivit l'élection présidentielle, les dynamiques liées aux nominations des candidats par les partis politiques, une sensibilisation moins appuyée, une campagne électorale morose, etc. L'abstention du FPI est un élément important mais qui ne concourt pas seul à la baisse de la participation.
  • Un cadre légal ad hoc. Le cadre légal qui régit les élections législatives résulte de l'accumulation de textes légaux, d'accords politiques et de décisions prises pour répondre à des situations spécifiques. Les dispositions relatives aux législatives comportent des lacunes, des zones grises et des contradictions. Le Centre Carter recommande qu'une révision complète du cadre légal électoral soit conduite, sur la base des enseignements tirés des élections de 2010 et 2011. Le Centre considère par ailleurs que le découpage électoral devrait être revu à la lumière du principe de l'égalité du suffrage.
  • L'impartialité de l'administration électorale. En dépit des débats sur sa composition, la CEI, dans sa gestion des élections, semble avoir opéré avec impartialité. La CEI n'a pas toujours su imposer le respect de toutes les dispositions légales mais cela ne s'est pas accompagné de discriminations. Les moyens de renforcer l'autorité et les structures de l'administration électorale sont à envisager au même titre et en même temps que la révision du cadre légal. Ce renforcement passe aussi, sans doute, par une rationalisation et une professionnalisation.
  • Des lacunes dans la liste électorale. Les contraintes techniques et budgétaires ainsi que le calendrier électoral ne permettaient pas d'envisager la réouverture de la liste. Des centaines de milliers d'électeurs potentiels, pour des raisons variables, tenant essentiellement aux conditions de son établissement, ne figurent pas dans la liste. Le Centre Carter invite les autorités ivoiriennes à se pencher sur cette question et à identifier les moyens les plus adéquats pour assurer qu'à l'avenir, les élections soient conduites sur la base d'un fichier électoral à la fois, inclusif, fiable et à jour.
  • Une campagne électorale globalement apaisée. Les candidats ont généralement pu faire campagne librement et en sécurité. Les incidents enregistrés ne remettent pas en cause cette appréciation. Le Centre Carter déplore toutefois le laxisme des autorités en matière d'encadrement des activités de campagne, en particulier vis-à-vis de la pratique généralisée de la pré-campagne qui favorise les candidats doté de moyens importants et de l'utilisation des moyens de l'Etat par les candidats occupant des fonctions gouvernementales. La pratique récurrente de distribution d'argent ou de biens dans le cadre de la campagne, malgré sa prohibition par le Code pénal, est également traitée de manière laxiste.
  • L'absence de réglementation en ce qui concerne le financement de la campagne. Il n'existe pas de réglementation relative aux sources de financement, au plafonnement des dépenses ou encore à la publication des comptes. Ce vide favorise également les candidats disposant de sources de financement importantes et nuit à la transparence de la compétition. Le déséquilibre en termes de moyens était particulièrement visible entre les candidats issus de partis politiques bien établis et les autres candidats, ce qu'aucun mécanisme de financement public n'est venu corriger. Le Centre Carter souligne la nécessité d'établir et de mettre en œuvre sur le financement de campagne en vue d'assurer des conditions de compétition plus équitables.
  • La faible participation des femmes à la compétition électorale. Le nombre réduit de femmes candidates illustre la nécessité de mettre en œuvre des mesures structurelles pour assurer une meilleure représentation des femmes dans la vie politique. Bien qu'il soit difficile d'introduire des mesures susceptibles de garantir l'équilibre dans les limites du système majoritaire en vigueur, des mesures incitatives, notamment à la faveur des partis politiques qui contribuent à la participation féminine, sont envisageables et devraient être considérées.
  • Une sensibilisation peu convaincante des électeurs. Le Centre Carter regrette que l'importance de cet aspect essentiel de l'organisation des élections continue d'être sous-estimée. Les informations et les messages de la CEI ont été principalement véhiculés à travers les médias audiovisuels, qui ne sont pas nécessairement accessibles à l'ensemble de la population. Tout en saluant les initiatives menées par les organisations de la société civile à cet égard, le Centre Carter souligne qu'elles ne peuvent, à elles seules, répondre aux besoins existants. La responsabilité première, en matière d'éducation et de sensibilisation, incombe à l'État et à l'administration électorale, qui doivent assurer que des stratégies à plus long terme soient mise en place pour atteindre ces objectifs.
  • La participation des représentants des candidats et des observateurs. Le Centre Carter salue la présence significative des représentants de candidats, y compris pour les candidats indépendants, dans les bureaux de vote lors du scrutin et aussi pendant la consolidation des résultats. Les observateurs nationaux se sont déployés en nombre conséquent à travers le pays pour suivre les opérations électorales, en dépit des difficultés résultants de certains retards dans la délivrance des badges d'accréditation par la CEI.
  • L'absence d'un cadre clair pour la campagne médiatique. Le Code électoral ne régule pas l'accès aux médias publics durant la campagne pour les élections législatives. Le Centre Carter note néanmoins que la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle, se fondant sur les principes généraux d'accès équitable, a – bien que tardivement – pris l'initiative de rappeler la nécessité d'assurer un équilibre entre candidats, dans les circonscriptions faisant l'objet d'une couverture médiatique.

Contexte: Le Centre Carter a reçu une lettre d'invitation de la Commission électorale indépendante (CEI) pour observer les élections législatives. Le Centre a déployé 18 observateurs de moyen terme trois semaines avant le scrutin, et 12 observateurs de court terme la semaine précédant les élections. Les observateurs déployés à travers le pays ont visité plus de 140 bureaux de vote. La mission, forte de 19 nationalités, a été dirigée par Mme Sarah Johnson, Directrice adjointe au Programme Démocratie du Centre Carter. Le Centre Carter restera en Côte d'Ivoire pour observer la phase finale de l'agrégation des résultats, ainsi que la résolution d'éventuels contentieux.

Le Centre Carter est présent en Côte d'Ivoire depuis 2008. Le Centre a observé le processus d'identification et de recensement électoral, le contentieux de la liste électorale provisoire et les élections présidentielles de 2010. La mission du Centre Carter en Côte d'Ivoire est appuyée par un bureau à Abidjan, dirigée par Mme Sabina Vigani.

La mission évaluera le processus électoral par rapport à la Constitution et au Code électoral, ainsi que par rapport aux engagements pris dans le cadre des Accords de Ouagadougou et des accords précédents, ainsi que des engagements régionaux et internationaux de la Côte d'Ivoire. La mission d'observation du Centre conduit ses activités conformément à la Déclaration de Principes pour l'Observation Internationale d'Élections et le Code de Conduite, qui a été adoptée aux Nations Unies en 2005 et a été endossée par 37 groupes d'observation électorale. Le Centre Carter publiera des déclarations périodiques, accessibles sur son site Internet: www.cartercenter.org.

 

###

 

« Faire progresser la Paix. Combattre les Maladies. Construire l'Espoir ».
Organisation non gouvernementale à but non lucratif, le Centre Carter a aidé à améliorer les conditions de vie des populations dans plus de 70 pays, par la résolution de conflits, la promotion de la démocratie, des droits de l'homme et des opportunités économiques, par la prévention de maladies, en améliorant les soins de santé mentale, en formant des agriculteurs à l'accroissement de la production des récoltes dans les pays en développement. Le Centre Carter a été fondé en 1982 par l'ancien Président des États-Unis Jimmy Carter et son épouse Rosalynn en partenariat avec l'Université Emory, dans l'objectif de faire progresser la paix et la santé à travers le monde.

  Please leave this field empty