THE CARTER CENTER
Waging Peace.
Fighting Disease.
Building Hope.

Press Releases

News &smp; Publications

FOR IMMEDIATE RELEASE
Nov. 9, 2010
Contact:  Randall Harbour – Conakry – 68 62 75 06; 67 34 41 56

 

Guinea's Transitional Elections Marked by Peaceful Voting; Commitment to Transparency in Final Results Is Important

PRELIMINARY STATEMENT

(En français)


Executive Summary

Conakry . . . The Carter Center congratulates Guineans for the peaceful and orderly conduct of voting and the high-level of participation for the Nov. 7, 2010, presidential run-off election.  The successful voting process is an overwhelming testament of Guineans' profound desire to express their will at the ballot box and to complete their historic democratic transition.  The Carter Center salutes the enthusiasm and commitment of the Guinean people and electorate; all Guineans should be proud of what they have achieved so far.
  
At the same time, it is important for Guineans to maintain their commitment to completing a transparent, credible election and peaceful transition process.  The Independent National Electoral Commission (CENI) should conduct a timely final tabulation and release provisional results. The Supreme Court should ensure transparency throughout the process of results proclamation and dispute resolution, in compliance with all constitutional and legal requirements. Both candidates and their supporters should adhere to their commitment to a peaceful transition of power, utilizing appropriate legal challenges for the filing of any complaints.

The Carter Center commends the president of the transition, General Sekouba Konaté, for his leadership to guide the process in the spirit of the Ouagadougou Agreement signed on Jan. 15, 2010. The constructive contribution of Guinea's republican institutions and a large number of Guinean and international partners in advancing the transition process must also be recognized. 
The electoral process was characterized by a number of positive developments since the first round of elections that were held on June 27:

  • Over 1600 additional polling stations were created, which allowed voters better access;
  • The receipts used by voters who did not receive biometric voter cards during the first round were replaced by alphanumeric cards in an attempt to reduce the possibility of fraud;
  • Polling station staff, party agents, and other key actors in the electoral process received proper training and were better prepared to undertake their responsibilities;
  • The legal framework for holding elections, including inter alia rules on proxy and "derogation" voting, was clearer and was communicated to concerned persons in a more timely manner;
  • Voting materials were adequately distributed and, in general, contained all sensitive items and on election day, the majority of polling stations opened on time;
  • The CENI adopted a transparent communication strategy to inform the public and dispel rumors before they spread uncontrollably;
  • The inclusion of representatives of both candidates' alliances at every step of the electoral process increased transparency, and should allow both candidates and their supporters to more readily accept the results.
  • Guinean institutions, religious and traditional leaders and larger society demonstrated a remarkable ability to rally around a shared ideal of peace and national unity to address incidents of violence.
  • Guinean civil society played a constructive role throughout the process and fielded several thousand domestic election observers.

However, the run-off election was also marked by a number of deficiencies:

  • Alphanumeric voter cards were distributed only shortly prior to the election date and were not available to a significant number of people who voted with receipts during the first round;
  • While polling station and voter lists were produced and made available, they were posted just before election day, and certain non-sensitive material was missing in many of the electoral kits;
  • In spite of improvements made to the tabulation process, organizational problems have not been totally resolved in the Commissions administrative de centralisation;
  • Although Special Force for the Securitization of the Electoral Process (FOSSEPEL) played an important role in keeping the peace and in maintaining order, observers reported instances of FOSSEPEL overstepping their mission, including being engaged in some polling operations.
  • Election related violence, which broke out during street demonstrations and, fueled by rumors, spread across the country causing some of the worst ethnic violence in Guinea in recent history.

Based on The Carter Center observer reports to date, the process thus far is broadly consistent with Guinea's obligations for genuine democratic elections. As the counting process and proclamation of results continues, it is essential that these processes go forward with maximum transparency, leading to the finalization of the electoral process and a peaceful transfer of power.  In addition, it is critical that security forces, civil society, religious communities, and the international community reaffirm and continue their support and commitment to Guinea's democratic development. The Center reminds both national and international media of the importance of verifying all information they report to avoid propagating inaccurate information in a volatile electoral environment.

The Carter Center recommends that various changes occur in advance of future elections, including:

  • Conduct an inventory of people who held receipts during the first round and subsequently provide for proper registration of those who are indeed eligible voters, including the provision of a biometric voter registration card to all voters;
  • Develop a robust and sustainable system for accurately maintaining a comprehensive national voter register;
  • Provide additional education to polling station workers on voting and tabulation procedures; and
  • Encourage transparency in how courts make decisions related to electoral disputes.

Center observers have been deployed in the country since May 2010 and continue to monitor the completion of the tabulation and official results process as well as any electoral disputes that may arise. The Center is committed to working closely with the Guinean authorities and people, who have warmly welcomed our presence. We hope that all Guineans will maintain their unity, calm, and patience in the coming weeks to successfully complete this historic transition.

While this is one step in a long and complex process, a strong foundation is being laid for a sustainable democracy that adheres to domestic, regional, and international obligations.

The Center's assessment of Guinea's electoral process is made against the Guinean electoral legal framework, the constitution, and the country's international commitments regarding democratic elections.  The Carter Center conducts its observation mission in accordance with the Declaration of Principles for International Election Observation adopted at the United Nations in 2005.

Read the full preliminary statement (PDF) >

 

This statement is preliminary and focuses primarily on those activities and observations that have occurred since June 30, 2010.   For additional background, please refer to the Center's statement from June 29, which includes a preliminary review of the findings from the Center's long-term assessment of the Guinean electoral system and the June 27 first-round elections.  A final report will be published by March 2011.

 

-----------------------------------------------------------------------------------------------------

9 Novembre 2010
Contacts: Randall Harbour – Conakry: 68-62-75-06; 67-34-41-56
Deanna Congileo – Atlanta (USA): +1-404-420-5108

 

Les élections en Guinée marquées par un vote apaisé; l'engagement pour une transparence des résultats définitifs reste important

Résumé exécutif

Conakry… Le Centre Carter félicite les Guinéens pour l'organisation pacifique et ordonnée du scrutin et pour leur participation élevée au second tour de l'élection présidentielle du 7 novembre 2010. L'organisation réussie des élections est un témoignage éloquent du profond désir des Guinéens d'exprimer leur volonté par la voie des urnes et d'achever la transition démocratique historique. Le Centre Carter salue l'enthousiasme et l'engagement du peuple et de l'électorat guinéens. Tous les Guinéens devraient être fiers de ce qu'ils ont ainsi réalisé.

Toutefois il est important pour les Guinéens de maintenir leur engagement pour mener à son terme le processus électoral ainsi que toute la transition d'une manière transparente, crédible et apaisée. La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) devra effectuer le dépouillement final dans le délai requis et publier les résultats provisoires. Pour sa part, la Cour Suprême, devra assurer la transparence tout au long du processus de proclamation des résultats et de résolution des contentieux électoraux conformément aux obligations constitutionnelles et légales. Les deux candidats et leurs militants devront respecter leur engagement quant à un transfert pacifique du pouvoir, en utilisant les recours légaux appropriés pour toute contestation.

Le Centre Carter loue les efforts du Président de la Transition, le Général Sékouba Konaté, pour le leadership dont il a montré dans sa gestion du processus conformément à l'esprit du Protocole conjoint de Ouagadougou, signé le 15 janvier 2010. Les contributions constructives des institutions républicaines guinéennes ainsi que celles d'un grand nombre de partenaires guinéens et internationaux dans la mise en oeuvre du processus de la transition doivent aussi être reconnues.

Le processus électoral a été caractérisé par certaines avancées significatives depuis le premier tour des élections tenues le 27 juin 2010:

  • Plus de 1600 bureaux de vote ont été créés, ce qui a permis aux électeurs d'y accéder plus facilement;
  • Les récépissés utilisés par les électeurs qui n'avaient pas reçu leurs cartes biométriques lors du premier tour ont été remplacés par des cartes alphanumériques dans le but de réduire les possibilités de fraude;
  • Les membres des bureaux de vote, les représentants des partis et d'autres acteurs clés du processus électoral ont reçu une formation appropriée et étaient mieux préparés à assumer leurs responsabilités;
  • Le cadre légal pour la tenue des élections, dont, entre autres, les règles relatives au vote par procuration et par dérogation, avait été clarifiées et mieux communiquées aux acteurs concernés dans les délais requis;
  • Le matériel électoral a été distribué de manière adéquate et, en général, tous les éléments essentiels étaient disponibles le jour des élections et la majorité des bureaux de vote ont ouvert à l'heure;
  • La CENI a adopté une stratégie de communication transparente pour informer le public et pour contrecarrer les rumeurs avant qu'elles ne se propagent d'une manière incontrôlée ;
  • L'inclusion des représentants des deux alliances pendant toutes les étapes du processus électoral a permis d'accroître la transparence, ce qui devrait aider les candidats et leurs militants à être mieux préparés à accepter les résultats ;
  • Les institutions guinéennes ainsi que les leaders religieux et traditionnels ont démontré une capacité remarquable de se rallier autour des idéaux de paix et d'unité nationale connus de la société guinéenne après l'éclatement des violences ;
  • La société civile guinéenne a joué un rôle constructif tout au long du processus et a déployé sur le terrain quelques milliers d'observateurs électoraux nationaux.

Toutefois, le second tour des élections a été marqué par un certain nombre de manquements:

  • Les cartes électorales alphanumériques n'ont été distribuées que peu avant la date de l'élection et un bon nombre de personnes qui avaient voté lors du premier tour avec leurs récépissés n'étaient pas entrées en possession de ces cartes ;
  • Même si les listes des bureaux de vote et les listes électorales étaient produites et disponibles, elles n'ont été affichées qu'à la veille de l'élection, et certains matériels non-sensibles manquaient dans plusieurs kits électoraux ;
  • En dépit des améliorations dans le processus de dépouillement, les problèmes d'ordre organisationnel n'ont pas été complètement résolus dans les commissions administratives de centralisation ;
  • Bien que la Force Spéciale de Sécurisation du Processus Électoral (FOSSEPEL) ait joué un rôle important dans le maintien de la quiétude et de l'ordre, les observateurs ont rapporté des cas dans lesquels la FOSSEPEL a outrepassé sa mission et s'est impliqué dans le processus opérationnel de vote ;
  • Les violences électorales qui ont éclaté lors des démonstrations de rue et qui (alimentées par des rumeurs) se sont propagées à travers le pays ont entraîné les violences inter-ethniques les plus graves dans l'histoire récente de la Guinée.

En se fondant sur les rapports des observateurs du Centre Carter obtenus jusqu'à ce moment, le processus a été, d'une manière générale, conforme aux obligations que la Guinée s'est imposée pour la tenue des élections véritablement démocratiques. Étant donné que le processus de comptage et de proclamation des résultats continue, il est essentiel qu'il se poursuive avec un maximum de transparence en vue d'aboutir à la finalisation du processus électoral et à un transfert pacifique du pouvoir. En outre, il est essentiel que les forces de sécurité, la société civile, les communautés religieuses et la communauté internationale continuent leur appui ainsi que leur engagement à accompagner le développement démocratique de la Guinée. Le Centre rappelle aux médias nationaux et internationaux l'importance de vérifier tous les faits rapportés en vue d'éviter de propager des informations erronées dans un environnement électoral sensible.

Le Centre Carter recommande que des changements soient apportés avant la tenue de futures élections. Il suggère entre autres, de:

  • recenser tous les électeurs qui avaient des récépissés lors du premier tour afin enregistrer correctement tous ceux qui sont des électeurs authentiques et leur fournir une carte d'électeur biométrique ;
  • élaborer un système solide et durable pour la gestion correcte d'une liste électorale nationale exhaustive ;
  • assurer une formation supplémentaire aux agents des bureaux de vote, notamment sur les procédures correctes de vote et de transmission des résultats ;
  • encourager la transparence au sein des instances judiciaires lors de la prise de décision relative aux contentieux électoraux

Les observateurs du Centre ont été déployés à travers tout le pays depuis le mois de mai 2010 et ils continuent de suivre de près le processus de transmission et de publication des résultats ainsi que toutes les contestations qui surviendraient. Le Centre tient à ses engagements de collaborer étroitement avec les institutions et le peuple guinéen, qui ont chaleureusement accueilli la présence de ces équipes. Nous espérons que tous les Guinéens continuent d'adhérer aux idéaux d'unité nationale et les invitons à garder leur calme et patience dans les semaines à venir pour que ce processus historique puisse aboutir et soit couronné de succès.

Tandis que ces élections ne sont qu'une étape dans un processus plus long et plus complexe, une fondation solide est en train d'être posée pour un système démocratique respectueux des obligations légales nationales, régionales et internationales.

Le Centre Carter évalue le processus électoral de la Guinée en fonction du cadre juridique électoral guinéen, de la Constitution et des engagements internationaux du pays en ce qui concerne les élections démocratiques. Le Centre Carter conduit sa mission d'observation en accord avec la Déclaration de Principes pour l'Observation Internationale d'Elections adoptée par les Nations Unies en 2005.

Texte complet (PDF) >

Ce rapport est préliminaire et se concentre principalement sur les activités et les observations faites depuis le 30 juin 2010. Pour plus d'informations sur le contexte, se référer svp au rapport du Centre Carter du 29 juin, qui comprend un examen préliminaire des résultats de l'évaluation de long terme conduite par le Centre Carter et du premier tour des élections, le 27 juin. Un rapport final sera publié en mars 2011.

Sign Up for Email Updates

Thanks for Signing Up!

Please leave this field empty

Thanks for Staying Updated!

Now, we invite you to Get Involved