More Links in News & Events

First Carter Center Pre-Election Statement on Preparations in the Democratic Republic of Congo



In Kinshasa: Colin Stewart +243-81-199-6643
or Sophie Khan +243-81-199-6641

In Atlanta: Jon Moor 404-420-5107

(English and French versions)

Kinshasa....The Carter Center's international election observation mission to the Democratic Republic of the Congo (DRC) is pleased to release its first pre-election statement on the 2006 presidential and legislative elections.

The Carter Center is confident that the electoral calendar announced by the Independent Electoral Commission (CEI) can be met successfully. These are extremely challenging elections to organize, and the international community has already invested a tremendous amount of resources in supporting them. There are nonetheless some crucial areas, which-in our view-have not benefited from adequate support. Civic education, domestic observation, political party support and training, and judicial capacity-building are essential to making these elections meaningful, transparent, peaceful, and truly successful. These are all long-term needs, but urgent additional resources-even at this late stage-could still make an appreciable positive impact on the credibility of the process and the results.

Given the legacy of conflict, which touches all Congolese, there are naturally anxieties around this electoral process. The Carter Center notes the positive progress made, with the support of the United Nations Mission in Congo (MONUC), in reducing areas of instability around the country and increasing public confidence. We note, however, that the current climate of hostile rhetoric and challenges to political freedoms risk undermining that confidence.

The Carter Center observation mission

The Carter Center launched its 2006 international observation mission in the Democratic Republic of Congo in March with the opening of a field office in Kinshasa. Since April 24, with important cooperation and assistance from the CEI and MONUC, it has deployed seven long-term observers around the country to monitor preparations for the July 30 presidential and legislative elections. A larger delegation will arrive closer to the election date. The observation mission will continue through a runoff presidential election, if one is necessary. These will be the first democratic elections in the DRC in more than 40 years.

The Center has met with the CEI, political parties and candidates, civil society groups including domestic observers, media organizations, MONUC, and other members of the international community. The Center will continue to meet with stakeholders at the national and local levels in gathering its observations about the electoral process. The Carter Center observes and upholds the Declaration of Principles and Code of Conduct for International Election Observation.

Election administration

While there are very serious logistical challenges to the conduct of elections in a country as vast and under-resourced as the DRC, the Center is encouraged by the seriousness and commitment with which the CEI is carrying out its work around the country. With the strong support of the United Nations and the rest of the international community, and given the experience of the successful referendum in December 2005, The Carter Center is confident that the electoral schedule announced by the CEI can successfully be met.

The Center has heard from some political parties that lack full confidence that the CEI can perform as a neutral and professional election administrator. While there has been no specific information put forth in support of this view, the fact that such perceptions exist suggests the need for better communication between the CEI and political parties, especially in explaining the rationale for decisions and in disseminating accurate information about technical aspects of the process. The Carter Center has observed the political party fora chaired by CEI president Malamalu and organized in conjunction with the Electoral Institute of Southern Africa, the National Democratic Institute, and the Konrad Adenauer Foundation. We believe that these are excellent mechanisms for hearing political party concerns and for providing explanations and disseminating information about the election, and we strongly encourage the current plans to hold similar meetings around the country. The Carter Center further recommends that the CEI widely distribute summaries of the information presented and the points discussed at these meetings, and make available recordings of the proceedings for radio broadcast.

The structure of the CEI includes representation from several major political parties (the "composantes" and "entités") both in its headquarters and field offices. All political parties should make effective use of existing mechanisms to voice their concerns, and should ensure that their own party structures effectively transmit information received from the CEI throughout their organizations.

The Carter Center is pleased to note that through its election support project (APEC), the United Nations Development Programme is committed to rapidly completing the distribution of all outstanding payments to registration and election workers, some of which date to 2005. We are confident that this will address one of the most frequent complaints, which has been brought to the attention of our observers over the past month and avoid any further disruptions to electoral operations.

Effective training of polling workers is critical to the successful administration of an election and the confidence that they inspire can go a long way towards promoting acceptance of the results. We note the CEI's efforts to build on the experience of the constitutional referendum in order to increase training effectiveness and we are encouraged by the resultant improvements in the design of the training program for poll workers. We are concerned that the recruitment of capable staff, the timely production and distribution of training materials, and the effective implementation of the training program will be challenging given the short time remaining before the elections.

A climate of confidence

The Congolese electoral process is occurring against a backdrop of many years of conflict and human rights violations. Areas of violence and insecurity persist to this day. This is a challenging environment in which to hold democratic elections, as insecurity not only impedes electoral preparations, but weakens participation as well as confidence in the credibility of the process and results. The Carter Center is heartened by the recent surrender and capture of militia leaders, as well as the apparent willingness of regional actors, and the commendable efforts of MONUC, to contribute to a peaceful climate for the elections.

The Carter Center also believes that a climate of confidence requires tolerance on the part of all political actors. Carter Center observers have noted with satisfaction the degree of enthusiasm with which political parties and their supporters have engaged in the electoral process in Congo. However, we have also noted that the current political debate contains a large number of personal attacks, accusations between parties and individuals and, at times, the repetition of unsubstantiated rumors, all of which is reproduced in the news media and elsewhere. This is in clear contradiction to the Code of Conduct, which all parties have signed and committed to.

The Carter Center urges all parties and candidates to respect the right of the people to make an informed choice, by publicly presenting their visions for the future of the Congo and its people, and by embracing a more substantial and open debate, which addresses the concerns of the nation. During the upcoming campaign period, we encourage the people of the Congo and the media to insist that the candidates provide answers to the important questions facing the nation, and we urge candidates to make use of the media access provided for in the electoral law to present a compelling program to the voters.

Particularly during this time of heightened sensitivities, The Carter Center also calls upon all political actors to refrain from any actions that might infringe upon the democratic rights of others, which risk provoking increased tensions. The government has a particular responsibility to ensure freedom of political activity for all candidates and to use government resources in a responsible and non-partisan way.

Another important element in strengthening confidence in the election process is ensuring that electoral complaints and appeals are adjudicated effectively and impartially. The Carter Center notes some efforts by the international community to increase the capacity of the Congolese judiciary, but is concerned that more must be done quickly both to strengthen effective adjudication and to increase confidence in this crucial function.

Civic education

While an effective electoral administration will ensure the ability of voters to participate freely in the process, the capacity to participate in a meaningful way is greatly dependent upon the effectiveness of civic education. Especially in a first democratic election, there is an important need to engage the people in participatory civic education activities, which help them develop a basic understanding of what is at stake in these elections, and what their role is as voters in the democratic process. Civic education is vital in targeting disadvantaged groups, such as women and handicapped, and encouraging their active participation. Good civic education also plays an important role in heightening public confidence in the electoral process, and hence the results, thereby diminishing possible sources of post-election tensions.

The Carter Center has observed some excellent civic education activities around the country, implemented by Congolese groups and supported by the international community. Efforts to coordinate all such activities nationally have only recently begun, however, and there is as yet not enough information to determine the extent of the national coverage of civic education, or where there might be gaps. We are encouraged by the personal engagement of CEI President Malumalu on this issue, and look forward to a rapid and comprehensive national stock-taking on civic education. We urge donors to direct the necessary resources towards urgently filling such gaps as may be identified, so that all Congolese have adequate preparation for full and meaningful participation.

Domestic observation

The Carter Center has observed some impressive preparations by domestic observer organizations around the country, in particular the collaborative work done under the auspices of the Civil Society Framework for Cooperation in Election Observation (CDCE) to develop national training materials and manuals. We encourage all domestic observation organizations to make serious use of these materials, and to ensure that they deploy only competent and neutral observers. Most domestic observer organizations suffer from a shortage of funds, which imposes particular constraints in such a large country where travel and communications are so difficult. As a result, the coverage by domestic organizations during these elections will not be as comprehensive as might have been hoped. This is of concern both in terms of their key role in the long-term transparency and credibility of the democratic process in the Congo, and in the light of constraints on international observation in the current elections. We urge donors to increase their support for capable domestic observation groups.

Political party resources

Many of the parties we have met have expressed concern over the availability of funding for their electoral activities. A centralized, public funding mechanism can help level out the playing field between large and small parties, and ensure at least a minimum capacity for small parties to participate in the process. Discussions on a political party financing law in the Congo have floundered, putting the smaller parties at a serious disadvantage. The Carter Center recommends the rapid establishment of party resource centers in key locations around the country, funded by donors, administered by a reliable third party such as the United Nations, and accessible to all parties and candidates, to provide at least basic access to photocopying, printing, graphic design, and perhaps communications advice and training. We also call upon all media organizations to devote time and space to communicating party visions and platforms, and to distribute this equitably between the parties and candidates as a service to the voting public.

Effective and tolerant campaigning is essential to a successful democratic process, and the ability of political parties to properly train and deploy party polls watchers is an important element in ensuring the transparency of the electoral process. As in other areas, The Carter Center has noted some good work, supported by the international community, in training for political parties, but there would still appear to be a very large need in this area.

Despite these many challenges, The Carter Center is confident that the July 30 elections can be conducted successfully. With sustained effort to conduct civic education, support domestic election observer groups, provide resources for political parties and candidates, and build the capacity of the institutions responsible for justice, these elections can be meaningful, transparent, peaceful, and truly successful.


In Memory of Guillaume Agbédan Kakanou, 1980-2006


The Carter Center was founded in 1982 by former U.S. President Jimmy Carter and his wife, Rosalynn, in partnership with Emory University, to advance peace and health worldwide. A not-for-profit, nongovernmental organization, the Center has helped to improve life for people in more than 65 countries by resolving conflicts; advancing democracy, human rights, and economic opportunity; preventing diseases; improving mental health care; and teaching farmers to increase crop production. To learn more about The Carter Center, please visit:

Mission internationale d'observation éléctorale République Démocratique du Congo - Communiqué pré-électoral no. 1

Contactez :

Kinshasa – Colin Stewart +243-811-996-643 ou Sophie Khan +243-811-996-641

Atlanta – Jon Moor +1-404-420-5107

Kinshasa....La mission d'observation des élections de la Fondation Carter en République Démocratique du Congo est heureuse de publier son premier communiqué pré-électoral sur les élections présidentielles et législatives de 2006.

La Fondation Carter est convaincue que le calendrier électoral publié par la Commission Electorale Indépendente (CEI) peut être respecté. L'organisation de ces élections présente beaucoup de défis et la communauté internationale y a déjà investit énormément. Néanmoins, nous pensons qu'il y a des domaines cruciaux qui n'ont pas bénéficié d'une aide adéquate. L'éducation civique, l'observation nationale, le financement et la formation des partis politiques et le renforcement des capacités des instances judiciaires sont essentiels pour que ces élections soient significatives, transparentes, pacifiques et vraiment réussies. Bien que ce soient des besoins à long terme, des ressources additionnelles d'urgence à ce stade avancé pourraient avoir un impact positif et significatif sur la crédibilité du processus et des résultats.

Compte tenu des conséquences du conflit qui touchent l'ensemble des Congolais, il y a naturellement une appréhension qui accompagne ce processus. La Fondation Carter a noté les progrès positifs réalisés avec l'aide de la Mission des nations unis au Congo (MONUC) afin de réduire les zones d'instabilité et d'accroître la confiance du public. Nous notons, cependant, que le climat politique actuel – rempli de rhétorique hostile et des ménaces à la liberté politique – risque sérieusement de compromettre cette confiance.

La mission d'observation de la Fondation Carter

Au mois de mars, la Fondation Carter a lancé sa mission d'observation des élections de 2006 en République Démocratique du Congo (RDC) en ouvrant un bureau local à Kinshasa. Depuis le 24 avril, avec l'aide importante de la CEI et de la MONUC, elle a déployé sept observateurs à long terme sur l'étendue du territoire congolais pour observer les préparatifs des élections présidentielles et législatives du 30 juillet. Une délégation plus importante arrivera avant cette date. La mission d'observation se poursuivra jusqu'au second tour des élections présidentielles, si un tel tour est nécessaire. Ce seront les premières élections démocratiques en RDC depuis plus de 40 ans.

Depuis le lancement de sa mission, la Fondation a rencontré la Commission Electorale Independente (CEI), des partis politiques et des candidats, des groupes de la société civile y compris des observateurs nationaux, des organisations des médias, la MONUC et d'autres membres de la communauté internationale. Dans sa collecte d'informations sur le processus électoral, la Fondation poursuivra ses rencontres avec les parties prenantes aux niveaux national et local. La Fondation Carter respecte et soutient la Déclaration de Principes et le Code de Conduite pour l'Observation Internationale des Elections.

L'administration électorale

Malgré de sérieux défis logistiques pour l'organisation des élections dans un pays aussi vaste et pauvre en ressources que la RDC, la Fondation est encouragée par le sérieux et la responsabilité avec lesquels la CEI accomplit son travail dans le pays. Avec le support important des Nations Unies et du reste de la communauté internationale, et compte tenu de l'expérience acquise lors du référendum de décembre 2005, la Fondation est convaincue que le calendrier publié par la CEI peut être respecté avec succès.

La Fondation a rencontré certains partis politiques qui ne sont pas convaincus que la CEI soit en mesure d'organiser des élections en toute neutralité et professionnalisme. Nous n'avons reçu aucune information spécifique en appuie de ce point de vue, mais le fait qu'une telle perception existe suggère que la CEI pourrait améliorer sa communication avec les partis politiques. En particulier elle pourrait essayer de mieux expliquer ses décisions et de mieux diffuser ces éclaircissements ainsi que d'informations fiables sur les aspects techniques du processus. Nous avons observé le forum des partis politiques présidé par le Président de la CEI l'Abbé Malumalu et organisé conjointement avec la Electoral Institute for Southern Africa (EISA), le National Democratic Institute (NDI), et la Fondation Konrad Adenauer. Nous pensons que ce sont d'excellents mécanismes pour entendre les soucis des partis politiques et pour disséminer les informations sur les élections. Nous encourageons le plan en cours de tenir de telles réunions à travers tout le pays. De plus, la Fondation Carter préconise que la CEI distribue largement des résumés d'informations présentées et des points discutés lors de ces réunions et de disponibiliser les enregistrements des débats en vue de leur diffusion à la radio.

Plusieurs grands partis politiques (en l'occurrence les « composantes et entités ») sont représentés au sein de la CEI à son siège et en province. Tous les partis politiques devraient utiliser de façon efficace les mécanismes disponibles afin de faire entendre leurs inquiétudes, et devraient s'assurer que les structures du parti transmettent efficacement à l'ensemble du parti les informations délivrées par la CEI.

La Fondation est heureuse de constater que le PNUD/APEC s'est engagé à s'acquitter rapidement des dettes, dont certaines datent de 2005, auprès du personnel engagé pour l'enrôlement des électeurs et le processus électoral. Nous sommes confiants que ce sera une réponse à l'une des plus fréquentes plaintes portée à l'attention des observateurs le mois dernier. Ceci permettra d'éviter davantage de perturbations des opérations électorales.

Une formation efficace des agents électoraux est cruciale au succès de l'organisation des élections, et la confiance qu'ils inspirent peut largement contribuer à l'acceptation des résultats. Nous notons les efforts de la CEI pour mettre à profit son expérience du Référendum Constitutionnel en augmentant l'efficacité de la formation et nous sommes encouragés par les améliorations résultantes apportées au programme de formation des agents électoraux. Cependant, nous sommes inquiets que le recrutement du personnel compétent ainsi que la production et la distribution du matériel de formation dans les délais, soit un défi compte tenu du temps restant avant les élections.

Un climat de confiance

Le processus électoral congolais se déroule sur une toile de fond marquée par de nombreuses années de conflits et de violations des droits de l'homme. Des zones de violence et d'insécurité sont, à ce jour, toujours présentes. Le processus électoral se déroule dans un environnement difficile dans la mesure où l'insécurité non seulement ralentit les préparatifs pour les élections mais aussi elle réduit la confiance et la crédibilité du processus et des résultats. La Fondation Carter est encouragée par la reddition et la capture récentes des chefs de milices ainsi que par l'apparente volonté d'acteurs régionaux et d'appréciables efforts de la MONUC de contribuer à la pacification des ces élections.

La Fondation Carter pense aussi qu'un climat de confiance exige de la tolérance de la part de tous les acteurs politiques. Les observateurs de la Fondation Carter ont remarqué avec satisfaction le vif enthousiasme avec lequel les partis politiques et leurs supporteurs se sont engagés dans le processus électoral au Congo. Cependant, nous avons aussi remarqué que le débat politique actuel contient un nombre important d'attaques personnelles, d'accusations entre partis et individus, et quelques fois la propagation de rumeurs non fondées, qui sont reproduites dans les médias et ailleurs, en contradiction au code de conduite auquel les partis politiques se sont engagés en apposant leurs signatures.

La Fondation Carter exhorte tous les partis et candidats à respecter le droit du peuple à faire un choix réfléchi en présentant publiquement leurs visions du futur pour le Congo et son peuple, et en acceptant un débat plus profond et plus ouvert qui répondrait aux préoccupations de la nation. Pour la campagne électorale à venir, nous encourageons le peuple congolais et les médias à exiger aux candidats de répondre aux questions importantes auxquelles la nation fait face. De même, nous recommandons aux candidats d'utiliser l'accès aux médias garanti par la loi électorale afin de présenter aux électeurs un programme persuasif.

En particulier pendant cette période de sensibilité exacerbée, la Fondation Carter recommande à tous les acteurs politiques d'éviter toute action susceptible d'empiéter sur les droits démocratiques d'autrui et qui risquerait d'augmenter les tensions. Le gouvernement, en particulier, a la responsabilité de garantir la liberté politique de tous les candidats et d'utiliser les ressources gouvernementales de façon responsable et non partisane.

Un autre élément important pour le renforcement de la confiance dans le processus est la garantie que les plaintes et les contentieux électoraux seront jugés de façon efficace et impartiale. La Fondation Carter a remarqué les efforts de la communauté internationale pour renforcer les capacités de la justice Congolaise, mais elle est inquiète du fait que beaucoup reste à faire pour rapidement renforcer un jugement efficace et pour augmenter le niveau de confiance en cette activité fondamentale de la justice.

L'éducation civique

Alors que l'organisation efficace des élections assurera aux électeurs la possibilité de participer librement au processus, la faculté des électeurs de participer de manière significative dépend du degré d'efficacité de l'éducation civique. Il est important, surtout lors des premières élections démocratiques, d'engager la population dans des activités d'éducation civique participatives qui lui permettra de développer une bonne compréhension de ce qui est en jeu lors de ces élections ainsi que de son rôle d'électorat dans le processus démocratique. L'éducation civique est vitale pour cibler les groupes désavantagés comme les femmes et les handicapés afin d'encourager leur participation active. Une éducation civique de qualité joue aussi un rôle important dans l'amélioration de la confiance dans le processus électoral et par conséquent dans les résultats, diminuant ainsi les sources potentielles de tensions post électorales.

La Fondation Carter a observé, dans l'ensemble du pays, d'excellentes activités d'éducation civique participative mises en place par des groupes congolais et soutenues par la communauté internationale. Les efforts de coordination nationale de ces activités, ce qui permettra de déterminer l'étendue de la couverture nationale de l'éducation civique, ainsi que des lacunes potentielles, n'ont commencé que récemment. Nous sommes rassurés par l'engagement personnel du Président de la CEI Abbé Malumalu sur ce sujet et nous attendons avec impatience un inventaire national de l'éducation civique. Nous recommandons aux bailleurs de fonds de mobiliser les ressources nécessaires pour combler rapidement les lacunes identifiées afin que tous les Congolais aient une préparation adéquate pour assurer une participation entière et significative.

Observation nationale

La Fondation Carter a observé les préparatifs impressionnants des groupes d'observateurs nationaux sur l'étendue du territoire, et en particulier le travail de coopération effectué sous les auspices du Cadre de Concertation de la société civile pour l'observation des élections (CDCE) afin de développer des matériels et des manuels pour la formation. Nous encourageons toutes les organisations d'observation nationale à consacrer le temps nécessaire pour utiliser sérieusement ces matériels et de veiller à ne déployer que des observateurs compétents et neutres. La plupart des organisations d'observation nationale souffrent d'un manque de financement qui les contraint énormément dans un pays où il est très difficile de se déplacer et de communiquer. En conséquence, la couverture des élections par les organisations nationales ne sera pas aussi compréhensive que souhaitée. Ceci est inquiétant dans la mesure où les observateurs nationaux ont un rôle clé dans la transparence et la crédibilité du processus démocratique au Congo à long terme, et compte tenu des contraintes pour l'observation internationale de ces élections. Nous encourageons les bailleurs de fonds à augmenter leur soutien aux groupes d'observation nationale compétents.

Ressources des partis politiques

Parmi les partis rencontrés, un grand nombre a exprimé des inquiétudes en ce qui concerne la disponibilité de financement de leurs activités électorales. Un mécanisme de financement publique centralisé peut aider à aplanir le terrain de jeu des partis, petits et grands, et à assurer aux petits partis un minimum de participation dans le processus. Des discussions sur une loi relative au financement des partis politiques n'ont pas abouti, ce qui désavantage les petits partis. La Fondation Carter recommande l'instauration rapide des centres de ressources pour les partis politiques dans des lieux clés à travers le pays. Ces centres seraient financés par des bailleurs de fonds, administrés par un parti tiers fiable comme les Nations Unies et accessibles à tous les partis et candidats. Ils offriraient au moins un accès à des services de photocopie, d'impression, de design graphique et peut-être à de conseil en matière de communication et de formation. Nous appelons aussi les organismes médiatiques à consacrer plus de place à la diffusion des programmes et des projets de société des partis politiques au bénéfice de l'électorat.

Une campagne efficace et tolérante est essentielle pour assurer le succès du processus démocratique, et la capacité des partis politiques à former correctement et déployer les témoins est un élément important pour assurer la transparence du processus électoral. Comme dans d'autres domaines, la Fondation Carter a noté un travail de qualité, aidé par la communauté internationale, en ce qui concerne la formation des partis politiques mais les besoins restent grands dans ce domaine.

Malgré tous ces défis, la Fondation Carter est confiante que les élections du 30 juillet pourront se dérouler avec succès. Avec des efforts continus pour assurer l'éducation civique, pour appuyer les groupes d'observateurs nationaux, pour pourvoir aux ressources des candidats et des partis politiques, ainsi que pour renforcer les capacités des institutions responsables de la justice, ces élections peuvent être significatives, transparentes, paisibles et vraiment réussies.


A la mémoire de Guillaume Agbédan Kakanou, 1980-2006


La Fondation Carter est une ONG basée aux États-Unis, dirigée par l'ancien président des États-Unis, Jimmy Carter, et sa femme, Rosalynn. Depuis 1982, elle oeuvre pour promouvoir la démocratie; combattre les maladies, la faim et la pauvreté; protéger et promouvoir les droits humains; et résoudre les conflits à travers le monde. Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter le

Donate Now

Sign Up For Email

Please sign up below for important news about the work of The Carter Center and special event invitations.

Please leave this field empty
Now, we invite you to Get Involved
Back To Top