More Links in News & Events
Share

Democratic Republic of Congo Election Preparations: Second Carter Center Statement

FOR IMMEDIATE RELEASE
CONTACTS:

In Atlanta: Jon Moor +1-404-420-5107
In Kinshasa: Colin Stewart +243-81-199-6643
or Sophie Khan +243-81-199-6641

Read French version.


The presidential and legislative election campaigns are now slowly underway across the country. While there has been an improvement in the quality of the information put out by political parties and candidates, there is still a tendency to politicize and sensationalize relatively straight-forward technical issues and unjustly undermine confidence in the electoral process.

The CEI itself must do a better job of communicating on such issues, both with the broad public and the parties. The training of elections workers, whose performance is crucial in determining public confidence in the elections, is also in need of a concerted boost in the short time that remains. Payments to registration and elections workers, which are still outstanding from the referendum, have the potential to seriously disrupt operations in some areas if they are not urgently resolved.

Congolese authorities have a crucial responsibility to ensure a fair and peaceful environment for the elections. Some government actors have been abusing their powers to interfere with the freedoms and campaign activities of other candidates. The security forces must also be impartial, restrained - especially in the use of force - and professional in dealing with all election-related events.

The Election Campaign
Campaign activities began slowly after the June 29 opening of the campaign period. Carter Center observers have noted a generally low level of visible party activity, concentrated mainly in urban areas. There is evidence of healthy multiparty competition in some areas, though our observers report that such competition is unevenly distributed. There have also been quite a number of incidents of vandalism of campaign posters, a sign that the principles of fair democratic practice have not been fully adopted by all. Many parties suffer from a lack of organization and resources and are therefore limiting their campaign activities both in duration and geographic reach.

Due to the limited reach of the campaign so far, The Carter Center is concerned that portions of the population are not being adequately prepared to make an informed choice for the July 30 elections. To a certain extent, it is inevitable that not all parties will have the means (or the commitment) to get their message out to their entire audience. However, certain additional initiatives could have mitigated the disparity and contributed to a more level playing field, such as where otherwise well-organized and serious parties simply lack the means or the expertise to communicate on a large scale. The parties currently in parliament have unfortunately not followed through on draft legislation which might have provided a small amount of public financing to political parties which meet certain minimum criteria of bona fides. While some valuable party training assistance was provided with support from the international community, as recommended in our first pre-election report some basic party resource centers could also have been established to assist with printing, graphic design, and other basic technical services. In a country such as the Democratic Republic of Congo (DRC), where funds are scarce and the logistical challenges are immense, the natural imbalance of resources between parties is exacerbated, and this can ultimately impact on the fairness of campaigning. The Carter Center therefore reminds incumbent parties to respect the principle of transparency in the use of state resources.

Another important element of a democratic campaign is a forum for candidates to debate the issues in an unscripted manner. When these debates are effectively organized and presented, they are highly valued by voters as they provide an occasion to see and hear candidates directly, without being filtered through the media or other sources. It is a positive step that regular candidate debates are being broadcast on state television and other channels. Unfortunately, some candidates have chosen not to participate in these important occasions to publicly explain their platforms, and for incumbents to defend their records.

The free media time allocated to each candidate has brought about some improvements in the quality of information provided to the electorate. Many candidates are taking the opportunity to present to voters what they would intend to do if elected, thus giving them important information with which to make a choice.

The Carter Center has noted, however, that there is still a tendency to dramatize marginal issues in lieu of serious campaigning; the current controversy surrounding extra ballots is an example of this. It is technically necessary, and well-accepted in international elections practice, to provide each polling station with a small margin of extra ballots beyond the number of registered voters. The extra ballots cover the cases, such as those permitted by the Congolese electoral law, where certain small categories of voters may cast their ballot at a station other than where they are registered. The surplus also allows for inadvertently damaged or spoiled ballots -- Carter Center observers have, for example, reported one such case of ballots damaged in transit. Furthermore, time and logistical constraints made it necessary to distribute a standard number of ballots to polling stations, despite the fact that the number of registered voters will vary between them. This set of circumstances further widened the margin between the number of persons registered and the number of ballots printed.

The Carter Center is satisfied that the CEI adhered to proper election practice by printing a reasonable number of extra ballots. Moreover, the accounting procedures developed for all ballot papers on election day and afterward are designed to ensure that unused ballots cannot be used for fraudulent purposes. Party agents and election observers will have the opportunity to verify that such procedures are properly implemented.

The Carter Center understands how technical issues can become the subject of misunderstanding, and urges the CEI to greatly strengthen its efforts - for example through frequent and regular press conferences - to explain these matters effectively to the public, political parties, and all CEI staff. It is not necessary to explain every detail of the technical arrangements in advance, but when questions arise it is crucial that clear and timely explanations be provided to reinforce public confidence in the administration of the elections. In the current controversy over ballots, valuable time was lost before the CEI addressed the issue publicly, and when it did, the effort was not sufficient, given the level of public outcry which had already been generated.

The Center remains nonetheless concerned that political parties are not making enough serious effort to inform themselves on such relatively simple technical issues, preferring to cast unfounded accusations and generate controversy rather than seek to resolve such issues. If we assume they are acting in good faith, it is particularly puzzling how the large parties (composantes and entités), each with their own representatives inside the CEI, are not able to properly inform themselves on technical issues and avoid ill-informed reactions.

The Carter Center again reminds all candidates to respect the provisions of the Code of Conduct for Political Parties, which they themselves drafted and signed (and subsequently amended to take into account political groupings and independent candidates). In particular, candidates should concentrate their campaigns on informing voters about their platforms and their visions of a better future for the DRC and refrain from politicizing technical aspects of the process which could undermine public confidence in the elections.

Media and the Campaign
In an election campaign, a free, unbiased media is an important resource for voters seeking accurate, impartial information about the different candidates and party platforms. The High Media Authority (HAM) has provided good rules for the conduct of the media during the campaign, but we are concerned that its directives are not being respected, and that HAM lacks adequate capacity to enforce them. In particular, we have observed that private media outlets - whose ownership often has specific political affiliations - are not respecting guidelines concerning equitable coverage of candidates in their reporting.

The Carter Center is concerned that certain incidents since the beginning of the campaign are having a chilling effect on press freedoms, particularly the unexplained killing of Congolese journalist Bapuwa Mwamba. Other incidents leave the impression that international journalists are being selectively screened as to who is allowed to operate here. We urge the Congolese authorities to assume their responsibilities and ensure a climate in which the press can operate without interference or intimidation.

Government Responsibilities
State authorities have a special responsibility to guarantee the rights of all candidates to campaign in a climate of freedom that respects democratic principles and international electoral standards. In the month since our first report, The Carter Center has been concerned about a number of actions by government authorities that both directly and indirectly impinge on political liberties. Government actors have deliberately attempted to intimidate and obstruct certain candidates in their campaigning, through unjustified arrests, through an unequal customs treatment of candidate materials, and allegedly through intimidating private businesses from making available facilities and services. Such actions are a serious abuse of the powers of government, foment tensions between the parties, and threaten the fairness and equality of the electoral process. The Carter Center calls on the various transitional Congolese authorities to refrain from all activities which negatively impact candidates' ability to campaign freely and which undermine the integrity of the electoral process.

While not directly related to these elections, the killing of a dozen people by Congolese security forces during a June 30 demonstration in Bas Congo raises serious questions about the ability of the security forces to react with restraint, even when provoked. In the coming month there may be many circumstances in which appropriate actions and reactions by Congolese security forces could have an important impact upon the climate for, and public participation in these elections.

Election Administration
The Carter Center remains confident that the CEI is able to administer successful elections on July 30. However, some materials deliveries and training activities are already behind schedule. The training of poll workers is a particular concern given their crucial role not only in implementing the election, but also in instilling confidence in voters about the electoral process. Notably, although the CEI has begun to implement a cascading training program for election workers, several simulations suggest an urgent need to strengthen and accelerate current efforts in the short time which remains. The Center is also concerned about how late-arising policy decisions or changes - such as those which address problems and clarify ambiguities about the voting operations - will be effectively communicated down to the lowest levels of the system after training sessions have already been conducted. The Carter Center urges the CEI to redouble its efforts to communicate these decisions, and ensure they are effectively and uniformly implemented across the country so that voting operations are not compromised.

Regrettably, our observers report that the issue of the overdue payment of registration and election workers has still not been resolved in all areas. It is crucial that this issue be fully and urgently concluded so as to avoid any disruptions of electoral operations.
The Center is encouraged by recent efforts to strengthen the capacity of the Supreme Court of Justice in election matters. With the assistance of the international community, a training program for Supreme Court magistrates usefully allowed them to consider in advance issues that could arise during and after voting operations, and seek consensus amongst themselves on a legal response based on Congolese, African and international electoral jurisprudence.

Civic Education
The CEI's late effort to coordinate civic education achieved mixed results and confirmed what was already apparent to Carter Center observers: while some excellent civic education activities are being conducted by national and international non-governmental organizations, with support from donors, there remain significant areas of the country that are not being reached. Civic education is an ongoing need in any democratic society, especially one emerging from conflict. It is essential not only to promote well-considered voting but also to encourage popular participation in the entire democratic process. An informed and empowered population is the very foundation of such a process. The Carter Center urges both Congolese institutions and the international community to support effective civic education in the months and years to come, as an essential underpinning of a successful transition to a stable and sustained democracy.

The Carter Center International Observation Mission in the DRC
The Carter Center launched its 2006 international observation mission in the DRC in March with the opening of a field office in Kinshasa. Since April, with cooperation and support from the CEI and MONUC, it has deployed eight long-term observers around the country to monitor preparations for the July 30 presidential and legislative elections. A delegation of more than 50 observers will arrive in mid-July to observe the final days of the campaign, election day, and the vote counting and tabulation. The observation mission will continue through a runoff presidential election, if one is necessary.

The Center has met with the CEI, political parties and candidates, civil society groups including domestic observers, media organizations, MONUC, and other members of the international community. The Center will continue to meet with stakeholders at the national and local levels in gathering its observations about the electoral process. The Carter Center observes and upholds the Declaration of Principles and Code of Conduct for International Election Observation.


The Carter Center was founded in 1982 by former U.S. President Jimmy Carter and his wife, Rosalynn, in partnership with Emory University, to advance peace and health worldwide. A not-for-profit, nongovernmental organization, the Center has helped to improve life for people in more than 65 countries by resolving conflicts; advancing democracy, human rights, and economic opportunity; preventing diseases; improving mental health care; and teaching farmers to increase crop production. To learn more about The Carter Center, please visit: www.cartercenter.org.

POUR DIFFUSION IMMEDIATE
Mercredi, 12 juillet 2006

CONTACTEZ:
à Atlanta : Jon Moor +1-404-420-5107
à Kinshasa : Colin Stewart +243-811-996-643
ou Sophie Khan +243-811-996-641

DEUXIÈME DÉCLARATION PRÉÉLECTORALE SUR LES ÉLECTIONS EN
RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO


La campagne électorale a démarré lentement sur l'ensemble du territoire national. Bien qu'il y ait eu une amélioration dans la qualité de l'information diffusée par les partis politiques et les candidats, il existe cependant une tendance persistante à politiser et à dramatiser des questions purement techniques et relativement simples, ce qui mine injustement la confiance dans le processus.

La CEI doit améliorer sa stratégie de communication pour mieux expliquer ces questions, au grand public aussi bien qu'aux partis politiques. Par ailleurs, il est essentiel de renforcer la formation des agents électoraux durant la courte période qui reste avant le scrutin. Leur rôle est en effet crucial pour bâtir un climat de confiance envers les élections. De même, le fait que certains agents recenseurs et électoraux n'aient pas été payés, depuis le referendum, risque de perturber sérieusement les opérations de vote dans certaines régions si le problème n'est pas réglé.

Les autorités congolaises ont le devoir de garantir que le processus électoral se déroule dans un climat équitable et paisible. Certains acteurs gouvernementaux ont abusé de leur pouvoir d'état et ont violé les libertés des autres candidats et ont fait obstruction à leur campagne. Les forces de sécurité quant à elles doivent être impartiales, faire un usage modéré de la force et se conduire de façon professionnelle pendant la période électorale.

La Campagne électorale

La campagne électorale a débuté lentement, après son lancement officiel le 29 juin. Les observateurs de la Fondation Carter ont remarqué que les activités des différents partis politiques ont été relativement peu visibles, et qu'elles ont été concentrées essentiellement dans les centres urbains. Il existe une saine concurrence entre les différents partis politiques, mais cette concurrence varie beaucoup d'une région à l'autre. Le nombre important d'incidents de vandalisme sur les affiches de campagne démontre que les principes démocratiques n'ont pas été adoptés par tous. Plusieurs partis éprouvent des difficultés organisationnelles et financières et, en conséquence, limitent leurs activités de campagne tant en terme de durée que de couverture géographique.

Du fait de la couverture géographique limitée de la campagne électorale à ce jour, la Fondation Carter s'inquiète du fait que certaines parties de la population ne seront pas prêtes à faire un choix éclairé lors des élections du 30 juillet. Certes, il est inévitable que tous les partis politiques n'aient pas les mêmes moyens, ou la même volonté, pour diffuser largement leur message à l'électorat. Cependant, certaines mesures auraient pu être prises pour atténuer les disparités entre les partis politiques et contribuer à une plus grande équité. On aurait pu éviter ainsi que certains partis, par ailleurs sérieux et bien organisés, ne puissent communiquer leur message simplement par manque de moyens financiers. Il est regrettable que les partis actuellement au pouvoir n'aient pas jugé bon d'adopter le projet de loi sur le financement public des partis politiques qui répondent à certains critères de sérieux et de bonne foi. Bien que certaines initiatives de soutien à la formation des agents des partis politiques aient été financées par la communauté internationale, il est regrettable que cette dernière n'ait pas été en mesure d'accorder un appui matériel aux partis politiques, sous forme de services de base (impression, graphisme, etc.), comme nous le recommandions dans notre premier communiqué préélectoral. Les déséquilibres flagrants entre les ressources des différents partis, dans un pays tel que le Congo, où l'argent est rare et les défis logistiques énormes, nuisent à la tenue d'une campagne équitable. A cet égard, la Fondation Carter rappelle aux partis au pouvoir l'importance du principe de la transparence dans l'utilisation des deniers publics.

Un autre élément important pour une campagne démocratique est l'existence de fora permettant aux candidats de discuter librement des grands enjeux de l'heure. Lorsque ces débats sont organisés et présentés de manière efficace, ils sont très appréciés des électeurs, car ils leur permettent de voir et d'écouter les candidats directement plutôt qu'à travers le filtre des médias ou d'autres sources. Les débats télévisés réguliers entre candidats, organisés sur la chaîne nationale ainsi que sur les chaînes privées, constituent un pas positif dans cette direction. Malheureusement, certains candidats ont décidé de ne pas saisir cette occasion unique de présenter et de défendre publiquement leurs programmes ; c'eût été également une occasion pour les acteurs actuellement au pouvoir de défendre leur bilan.

Le temps d'antenne gratuit accordé à chaque candidat a permis d'améliorer la qualité de l'information fournie à l'électorat. Plusieurs candidats ont été en mesure de présenter aux électeurs leur projet de société, fournissant ainsi aux électeurs des éléments d'information pour un vote éclairé.

La Fondation Carter note cependant qu'il existe une tendance à dramatiser certaines questions marginales plutôt qu'à discuter des grands enjeux. Le débat actuel sur les bulletins de vote excédentaires en est un bon exemple. Il est techniquement nécessaire, et conforme aux normes électorales internationales, de fournir à chaque bureau de vote un nombre de bulletins de vote plus élevé que le nombre d'électeurs enregistrés. Ces bulletins serviront par exemple à couvrir le cas où (comme le permet la loi électorale congolaise) certaines catégories d'électeurs iraient voter dans un centre où ils ne se sont pas fait inscrire. Le surplus peut aussi servir au remplacement de bulletins abîmés par inadvertance-les observateurs de la Fondation Carter, par exemple, ont signalé un tel cas de bulletins endommagés pendant leur transport. Par ailleurs, les contraintes de temps et de logistique ont amené la CEI à distribuer un nombre égal de bulletins à tous les bureaux de vote, en dépit du fait que le nombre d'électeurs inscrits peut varier d'un bureau à l'autre, d'où des écarts qui peuvent être assez importants entre le nombre de personnes inscrites et le nombre de bulletins de vote distribués à tous les bureaux de vote.

La Fondation Carter estime que la CEI s'est conformée aux pratiques électorales acceptées en faisant imprimer des bulletins de vote excédentaires. D'ailleurs, les procédures mises en place pour la période électorale sont destinées à garantir que les bulletins non utilisés ne serviront pas à des fins frauduleuses. Les délégués des partis politiques et les observateurs électoraux auront la possibilité de vérifier que ces procédures ont bel et bien été suivies.

La Fondation Carter est consciente du fait que des questions techniques de ce genre peuvent donner lieu à des incompréhensions et elle recommande donc à la CEI de renforcer considérablement ses efforts - notamment par le biais de conférences de presse fréquentes et régulières - pour expliquer clairement ces questions au public, aux partis politiques, et au personnel de la CEI. Il n'est pas toujours nécessaire d'entrer dans le détail des décisions techniques, mais lorsque celles-ci suscitent des questions, il est indispensable de fournir rapidement des explications claires afin de renforcer la confiance de la population dans la gestion du processus électoral. En ce qui a trait à la controverse actuelle sur les bulletins de vote excédentaires, la CEI a perdu un temps précieux avant de réagir, et la réaction n'a pas été à la mesure du degré de protestation publique que cette question avait déjà suscité.

La Fondation Carter demeure cependant préoccupée par le peu d'efforts fournis par les partis politiques pour s'informer sur des questions techniques aussi simples. Certains partis préfèrent les accusations non fondées et la controverse plutôt que de chercher la solution à ces questions. Si la bonne volonté des partis ne peut être remise en cause, il est toutefois incompréhensible que les grands partis (composantes et entités), qui sont tous représentés au sein de la CEI, ne soient pas en mesure de s'informer sur ces questions techniques et d'éviter ainsi des réactions sans fondement.

La Fondation Carter appelle une fois encore tous les candidats à respecter les dispositions du Code de Bonne Conduite pour les Partis Politiques, code qui a été rédigé et adopté par les partis (et subséquemment amendé pour prendre en compte les regroupements politiques et les candidats indépendants). Les candidats devraient donc se concentrer sur la diffusion de leurs programmes politiques et de leurs visions pour le futur du Congo plutôt que de politiser certains aspects techniques du processus, ce qui ne peut que miner la confiance du peuple dans les élections.

Les médias et la campagne électorale
Une presse libre et non biaisée constitue un élément essentiel à toute démocratie. Pendant la campagne électorale, les médias sont un instrument important pour les électeurs en quête d'informations précises et impartiales sur les différents candidats et sur les programmes des partis politiques. La Haute Autorité des Médias (HAM) a mis en place des règles de bonne conduite pour les médias pendant la campagne, mais nous constatons avec regret que ces directives ne sont pas toujours suivies et que la HAM n'est pas en mesure de les faire appliquer. Nous avons observé en particulier que les médias privés (appartenant souvent à des groupes politiques spécifiques) ne respectent pas les règles de couverture équitable dans leur reportage.
La Fondation Carter est préoccupée par certains incidents qui, depuis le début de la campagne, ont un effet alarmant sur la liberté de la presse, notamment l'assassinat non expliqué du journaliste congolais Bapuwa Mwamba. D'autres incidents suggèrent l'existence d'une ségrégation dans le choix des journalistes internationaux qui peuvent opérer en RDC. Nous appelons les autorités congolaises à assumer leurs responsabilités en garantissant un climat dans lequel la presse peut travailler sans interférence ou intimidation.

Responsabilités du Gouvernement
Les autorités gouvernementales ont la responsabilité d'assurer à tous les candidats le droit de faire campagne dans un climat de liberté qui respecte les principes démocratiques et les normes internationales en matière d'élections. Depuis la parution de notre premier rapport, il y a un mois, la Fondation Carter a constaté avec un vif regret un certain nombre d'actions posées par les autorités gouvernementales qui restreignent, directement ou indirectement les libertés politiques. En effet, des acteurs gouvernementaux ont délibérément essayé d'intimider ou de faire obstruction à la campagne de certains candidats, soit par des arrestations injustifiées, des tracasseries douanières en rapport avec le matériel de campagne de certains candidats, soit encore, selon certaines allégations, en intimidant des sociétés privées afin de les empêcher de mettre leurs services ou leurs installations à la disposition de certains candidats. Pareilles actions constituent de graves abus de pouvoir de la part du gouvernement ; elles créent des tensions entre les partis et peuvent mettre en péril un processus électoral juste et équitable. Aussi, la Fondation Carter appelle les autorités de la transition à se garder de toute activité pouvant nuire à la capacité des candidats de faire campagne en toute liberté et à l'intégrité du processus électoral.

Même s'il n'est pas directement lié aux élections, le massacre d'une douzaine de personnes par les forces de sécurité congolaises lors des manifestations du 30 juin au Bas Congo met en cause la capacité des forces de sécurité congolaises à réagir de manière appropriée - même lorsqu'elles sont provoquées. Au cours du mois prochain, les actions et les réactions des forces de sécurité ne peuvent manquer d'avoir une influence importante sur le climat électoral, et sur la participation de la population à ces élections.

Gestion des élections
La Fondation Carter est persuadée que la CEI est capable de gérer les élections du 30 juillet avec succès. Cependant, la livraison de certains matériels et de certaines activités de formation ont déjà pris du retard. La formation des agents électoraux constitue une préoccupation majeure vu le rôle crucial qu'ils sont appelés à jouer, à la fois pour le scrutin et pour la création d'un climat de confiance des électeurs envers le processus électoral. En particulier, bien que la CEI ait commencé à mettre en œuvre un programme de formation en cascade pour les agents de vote, plusieurs simulations mettent en évidence un besoin urgent de renforcer et d'accélérer les efforts actuels pendant le peu de temps qu'il reste avant les élections. La Fondation Carter se demande aussi avec inquiétude comment certaines décisions administratives prises tardivement - telles que celles visant à résoudre des problèmes et clarifier les ambiguïtés quant aux opérations de vote-seront communiquées de manière efficace jusqu'aux plus bas niveaux, alors que les sessions de formation auront déjà été effectuées. La Fondation Carter encourage vivement la CEI à redoubler ses efforts pour communiquer ces décisions et s'assurer qu'elles seront mises en application de manière efficace et uniforme dans tout le pays afin de ne pas compromettre les opérations de vote.

Fort malheureusement, nos observateurs signalent que la question du retard de paiement du personnel de la CEI n'est pas encore résolue dans toutes les parties du pays. Il est crucial que cette question soit complètement résolue, et ceci de toute urgence, afin d'éviter des perturbations des opérations électorales.

La Fondation Carter salue les récents efforts visant le renforcement des capacités de la Cour Suprême de Justice en matière électorale. Avec l'appui de la communauté internationale, un programme de formation pour les magistrats de la Cour leur a permis d'étudier à l'avance les problèmes qui pourraient surgir pendant et après les opérations électorales, et de rechercher des solutions juridiques consensuelles, basées sur la jurisprudence congolaise, africaine et internationale.

Education civique
Les efforts tardifs de la CEI pour coordonner l'éducation civique ont produit des résultats mitigés et ont confirmé ce qui était déjà évident pour les observateurs de la Fondation Carter : bien que d'excellentes activités d'éducation civique soient menées par les organisations non gouvernementales nationales et internationales avec l'appui des bailleurs de fonds, celles-ci ne couvrent pas l'entièreté du pays. L'éducation civique est un besoin permanent dans toute société démocratique, plus particulièrement encore dans une société qui sort d'un conflit, comme la RDC. Il est essentiel non seulement de promouvoir un vote réfléchi mais aussi de d'encourager la participation de la population au processus démocratique dans son entièreté. Une population informée et investie de pouvoir constitue la fondation même d'un tel processus. Aussi, la Fondation Carter lance un vibrant appel tant aux institutions congolaises qu'à la communauté internationale pour soutenir une éducation civique effective au cours des mois et années à venir. C'est là un élément essentiel pour une transition réussie vers une démocratie stable et forte.

La Mission d'observation de la Fondation Carter en RD Congo
La Fondation Carter a lancé sa mission d'observation en République Démocratique du Congo en mars 2006 avec l'ouverture d'un bureau sur le terrain à Kinshasa. Depuis le 24 avril, avec la coopération et l'appui de la CEI et de la MONUC, la mission a déployé huit observateurs à long terme à travers le pays pour suivre les préparatifs des élections présidentielles et législatives du 30 juillet 2006. Une délégation de plus de 50 observateurs arrivera à la mi-juillet pour observer les derniers jours de la campagne, le jour du vote, le dépouillement et la compilation. La mission d'observation se poursuivra lors du second tour des présidentielles, si ce dernier s'avère nécessaire.

La Fondation Carter a rencontré la CEI, les partis politiques et les candidats, les groupes de la société civile ainsi que les observateurs nationaux, les organisations médiatiques, la MONUC et d'autres membres de la communauté internationale. La Fondation va continuer à consulter les acteurs au niveau national et local pendant son observation du processus électoral. La Fondation Carter observe et soutient la Déclaration des Principes et le Code de Bonne Conduite pour l'Observation Electorale Internationale.

La Fondation Carter fut créée en 1982 par l'ancien Président américain Jimmy Carter et sa femme, Rosalynn, en partenariat avec l'Université Emory, pour promouvoir la paix et le bien être à travers le monde. Organisation non-gouvernementale à but non lucratif, la Fondation a aidé à l'amélioration de la vie des peuples dans plus de 65 pays, en résolvant les conflits et par la promotion de la démocratie, des droits de l'homme et des opportunités économiques ; par la prévention des maladies, l'amélioration de la santé mentale ; ainsi que par l'enseignement aux agriculteurs de méthodes pour accroître leur production agricole. Pour en savoir plus sur la Fondation Carter, consulter le site web : www.cartercenter.org

Donate Now

Sign Up For Email

Please sign up below for important news about the work of The Carter Center and special event invitations.

Please leave this field empty
Now, we invite you to Get Involved
Back To Top