More Links in News & Events
Share

Mali Independent Observer: Little Progress in Implementing Peace Agreement in 2020, but Transition Offers New Opportunity

(En français)

BAMAKO, MALI (Dec. 16, 2020) – The Carter Center, which serves as the Independent Observer of Mali’s 2015 peace agreement, today released its year-end report, which finds that the lack of commitment by the parties – combined with the sociopolitical crisis, the coup d'état, the establishment of the Transition, and the COVID-19 pandemic – greatly limited the progress of implementation in 2020.

The Independent Observer’s year-end report presents six core observations and lessons learned from three years of observation, as well as six key recommendations that could spur momentum.

Though 2020 was a particularly difficult year, the Transition has introduced new opportunities. The charter governing the Transition recognizes the centrality of the peace agreement, and the transitional government has committed to reviving its implementation in support of peace throughout Mali, West Africa, and the Sahel.

That is why the Independent Observer’s recommendations emphasize actions that would have both immediate and long-term impact and that would help refocus the parties’ efforts, renew working methods, and overcome obstacles – thus achieving concrete progress toward peace and security in Mali. The report also includes specific observations on the period from April to November 2020 and a detailed table that covers implementation commitment by commitment.

The report highlights the considerable delays in implementing the core provisions of the agreement and notes that the parties need to work on both the political-institutional and security pillars of the agreement simultaneously, or neither will succeed. It also points out that significant progress has not been made in integrating ex-combatants into the national defense and security forces nor in implementing security sector reform. Other core provisions that are not yet complete are the decentralizing of governance and instituting key reforms that would allow all Malians, including those in the north, to have meaningful representation in national institutions.

Another key lesson concerns the lack of a robust decision-making body, or framework, for the implementation of the agreement. If significant progress is to occur, the Independent Observer suggests installing an inter-Malian body or a new framework to enforce greater consistency and efficiency in the peace process. It must be granted the appropriate authority and be capable of coordinating the implementation of agreed-upon decisions on all aspects of the agreement.

The Independent Observer urges the president, vice president, prime minister, as well as the Platform and Coordination of Azawad Movements  – now all represented in the transitional government – to publicly reaffirm their support for the agreement and explain its benefits in terms of peace and national security to Malians throughout the country.

It also calls upon the international community, which effectively mobilized during the period following the coup d'état, to continue defending the centrality of the agreement to Mali’s peace and stabilization throughout the transitional period and to help the parties overcome longstanding obstacles and keep the commitments made in the agreement.

The report highlights urgent actions that need to be completed during the transitional period. Namely, the government should finalize the administrative redistricting process, needed to establish voter lists, which is critical to ensure that all Malians, including those from the Taoudeni and Menaka regions, are fully represented in the next elections. In addition, the recently deployed units of the reconstituted army which initially lacked equipment and command oversight, must be supported so that they are able to serve as a tool to build trust among the parties and model success for the next steps in the security sector reform process. Focusing efforts on these reconstituted units also will help tackle security issues, protect the population’s access to basic services, strengthen support for the Agreement, and rebuild Malians’ confidence in a peaceful future.

The full report is available here: https://pubhtml5.com/qpno/wlre/

The table showing the state of progress in implementation of each of the provisions of the agreement is here: https://pubhtml5.com/qpno/euvb/

Background: The Carter Center was named the Independent Observer of Mali’s peace agreement in late 2017. According to Article 63 of the 2015 agreement, the Independent Observer’s job is to impartially identify blockages in the implementation process and recommend steps for enhancing implementation. The U. N. Security Council recognized The Carter Center as the Independent Observer in resolutions 2391 (December 2017), 2423 (June 2018), 2480 (June 2019), and 2531 (June 2020), and it assumed its role in January 2018. This report, intended for the Malian parties, the international community, and the public, is the eighth from the Independent Observer.

Contacts: In Atlanta, Soyia Ellison, soyia.ellison@cartercenter.org
In Bamako, Laurence Barros, laurence.barros@cartercenter.org

Reports:

December 2020 Report of the Independent Observer

Annex 2: Assessment of Completed and Remaining Actions in the Implementation of the Agreement on Peace and Reconciliation in Mali, Resulting from the Algiers Process

Translations:

Décembre 2020 Rapport de l’Observateur Indépendant

Annexe 2 : Bilan de l'exécution des dispositions prévues par l'Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger

Contacts: In Atlanta, Soyia Ellison, soyia.ellison@cartercenter.org
In Bamako, Laurence Barros, laurence.barros@cartercenter.org

Waging Peace. Fighting Disease. Building Hope.
A not-for-profit, nongovernmental organization, The Carter Center has helped to improve life for people in over 80 countries by resolving conflicts; advancing democracy, human rights, and economic opportunity; preventing diseases; and improving mental health care. The Carter Center was founded in 1982 by former U.S. President Jimmy Carter and former First Lady Rosalynn Carter, in partnership with Emory University, to advance peace and health worldwide.

 

L’Observateur Indépendant au Mali: Peu de progrès dans la mise en œuvre de l’Accord en 2020, mais la Transition offre une nouvelle opportunité

BAMAKO, MALI (16 décembre 2020) — Le Centre Carter, qui tient le rôle d’Observateur Indépendant de la mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger, rend public aujourd’hui son rapport de fin d’année. Ce rapport rend compte des principales causes des progrès limités enregistrés en 2020 : le manque d’engagement des Parties ; la crise socio-politique, ayant conduit au coup d’État et à la mise en place de la Transition, ainsi que la pandémie de COVID-19.

L’Observateur Indépendant présente son appréciation générale de la mise en œuvre, après trois ans d’observation. Il formule six grandes observations et leçons, et propose six recommandations pour soutenir un nouvel élan.

Si 2020 a été une année particulièrement difficile, la Transition introduit de nouvelles opportunités. La Charte de Transition reconnaît la place centrale de l’Accord, et le Gouvernement de Transition s’est engagé à renouveler la dynamique de mise en œuvre afin de soutenir la paix au Mali et dans la sous-région.

C’est pourquoi les recommandations de l’Observateur Indépendant mettent l’accent sur des actions structurantes et de court terme qui contribueraient à recentrer les efforts des Parties, renouveler la méthode de travail, et surmonter les obstacles, afin de réaliser des progrès concrets pour la paix et la sécurité au Mali. Le rapport présente aussi des observations spécifiques sur la période d’avril à novembre 2020, ainsi qu’un bilan détaillé de l’état d’exécution des engagements contenus dans l’Accord.

Le rapport souligne les retards considérables pris dans la mise en œuvre des dispositions essentielles de l’Accord. Il montre que les deux piliers politico-institutionnel et sécuritaire sont interdépendants et devront avancer ensemble ou aucun ne réussira. Il insiste ainsi sur l’absence d’avancées significatives sur les questions de démobilisation des ex-combattants, d’intégration d’une partie d’entre eux dans les forces nationales, y compris au niveau de commandement, et de réforme de la sécurité. De la même manière, des dispositions centrales restent à mettre en œuvre pour une décentralisation approfondie et une représentation des populations, y compris du Nord, dans les institutions nationales.

Une autre observation clé réside dans l’impact négatif lié au manque d’un organe de travail malien décisionnel et dédié à la mise en œuvre de l’Accord. Pour réaliser des progrès significatifs, l’Observateur Indépendant suggère l’instauration d’un organe, ou cadre, de travail inter-malien cohérent et efficient. Celui-ci devrait jouir de l’autorité nécessaire et être capable de coordonner l’exécution de décisions concertées sur tous les aspects de l’Accord.

Le rapport appelle le Président, le Vice-Président, le Premier ministre, et les Mouvements signataires, désormais représentés au sein du Gouvernement, à exprimer publiquement leur soutien à l’Accord afin d’expliquer aux Maliens ses bénéfices pour la paix et la sécurité nationale, et ce, dans tout le pays.

Un appel est également adressé à la communauté internationale qui s’est réellement mobilisée dans la période qui a suivi le coup d’État pour défendre la pertinence et la centralité de l’Accord pour la paix et la stabilisation du Mali. Pour une transition réussie, son accompagnement constant sera indispensable pour aider les Parties à surmonter les obstacles persistants et assurer le suivi des engagements pris dans l’Accord. 

Dans l’immédiat, le rapport insiste sur des actions urgentes à mettre en œuvre pendant la Transition. Le Gouvernement devrait finaliser le redécoupage administratif indispensable à l’établissement des listes électorales, étape cruciale pour garantir que tous les Maliens, y compris ceux des régions de Taoudéni et Ménaka, se sentent représentés lors des prochaines élections. En parallèle, il s’agit de soutenir pleinement les premières unités de l’armée reconstituée, qui, au départ, ont manqué d’équipement et d’attention, afin d’en faire un outil de confiance, ainsi qu’un modèle pour la suite de la réforme du secteur de la sécurité. Porter l’effort sur ces unités reconstituées permettra également de contribuer à la sécurité, de garantir le retour des services sociaux de base, de renforcer le soutien à l’Accord, et de reconstruire la confiance des populations dans un Mali en paix.   

Le rapport complet est disponible ici : https://pubhtml5.com/qpno/sumi/

Le tableau récapitulatif qui décrit l'état d'exécution de chacun des engagements de l'Accord se trouve ici : https://pubhtml5.com/qpno/xtdw/

Contexte: Le Carter fut désigné comme Observateur indépendant fin 2017. Selon l’Article 63 de l’Accord de 2015, le rôle de l’Observateur Indépendant consiste à identifier les blocages dans le processus de mise en œuvre, identifier les responsabilités, et présenter ses recommandations pour les surmonter. Le rôle de l’Observateur indépendant a été reconnu par le Conseil de sécurité des Nations Unies dans les résolutions 2391 (décembre 2017), 2423 (juin 2018), 2480 (juin 2019) et 2531 (juin 2020), et il a assumé ses fonctions en janvier 2018. Ce rapport, destiné aux Parties maliennes, à la communauté internationale et au public, est le huitième présenté par l’Observateur indépendant.

Contacts: À Atlanta, Soyia Ellison, soyia.ellison@cartercenter.org;
À Bamako, Laurence Barros, laurence.barros@cartercenter.org 

Reports:

Décembre 2020 Rapport de l’Observateur Indépendant

Annexe 2 : Bilan de l'exécution des dispositions prévues par l'Accord pour la Paix et la Réconciliation au Mali, issu du processus d’Alger

Translations:

December 2020 Report of the Independent Observer

Annex 2: Assessment of Completed and Remaining Actions in the Implementation of the Agreement on Peace and Reconciliation in Mali, Resulting from the Algiers Process

The Carter Center

Waging Peace. Fighting Disease. Building Hope.
Le Centre Carter, une organisation non gouvernementale à but non lucratif, a contribué à l’amélioration de la vie des personnes dans plus de 80 pays en résolvant des conflits, en promouvant la démocratie, les droits de l’homme et le développement, en prévenant les maladies et en améliorant les soins de santé mentale. Le Centre Carter a été fondé en 1982 par Jimmy Carter, ancien président des Etats-Unis, et Rosalynn Carter, ancienne première dame, en partenariat avec l’Université Emory, afin de promouvoir la paix et la santé dans le monde.

Visitez notre site web CarterCenter.org | Suivez nous sur Twitter @CarterCenter | Suivez nous sur Instagram @thecartercenter | Aimez nous sur Facebook Facebook.com/CarterCenter | Regardez nous sur YouTube YouTube.com/CarterCenter